0

Fêtes de Pâques en Bavière - plus ou moins traditionnelles

En Bavière, il n'y a pas que le lapin de Pâques qui apporte des cadeaux, cette importante fonction incombe aussi à la cigogne. Et, le saviez-vous ? À Pâques, le land bavarois est riche d'une multitude de coutumes, dont certaines sont très curieuses. Nous en avons résumé quelques unes afin que vous ne tombiez pas des nues lors de la procession pascale.

Une tradition haute en couleurs

À propos de processions pascales : pourquoi ne pas en profiter pour partir en escapade dans la ville de Basse-Franconie, Lohr-am-Main ? Chaque année, ce petit coin paisible est la destination de milliers de curieux, qui ne veulent pas rater le spectacle des processions du Vendredi Saint. Cela fait déjà plus de 350 ans, que des statues grandeur nature représentent la souffrance et la mort de Jésus-Christ. D'un point de vue purement historique, il faut également se rendre à Traunstein et assister à la procession équestre de la Saint-Georges ("Georgiritt"). Depuis 1891, les cavaliers y portent des costumes traditionnels et, pavoisant sur leur monture, ils s'acheminent vers l'église Saint-Guy ("Sankt Veit"). Des groupes de danseurs marchent avec la procession et exécutent la danse rituelle de l'épée sur la place principale. Ces événements attirent un nombre record de visiteurs. Pourtant, dans le livre Guinness des records, c'est une toute autre tradition qui apparait : les décorations de la fontaine de Pâques de Bieberbach. Avec plus de 11 000 œufs, elle est indéniablement la fontaine la plus richement parée des fêtes pascales. La source de cette tradition repose sur la croyance que cette fontaine offre de l'eau fraîche toute l'année.


Pour ce qui est de se faire rappeler à l'ordre temporelle et d'aller à la messe pour le service pascal, il ne faut pas compter sur les cloches ! Elles sont vouées au silence pendant ces jours fériés. Pour y pallier, de nombreux villages se livrent au bruitage du Vendredi Saint. Ce jour-là, ils sortent toutes les crécelles de bois, cliquets et autres ustensiles à bruit pour remplacer les cloches d'église. Les enfants de chœur défilent alors « bruyamment dans les rues », quêtant de l'argent et des sucreries.

Du plaisir et des jeux

Moins traditionnel et non moins distrayant, le tournoi qui vise à piquer les œufs. Le but du concours est de briser en un seul coup, avec votre œuf, la coque de l'œuf de l'adversaire (en espérant qu'il soit dur... ). Pour ce qui est du jeu « Oarscheiben », qui s'apparente à un jeu de boules, il y faut plus d'entraînement. Les concurrents doivent faire rouler leurs œufs sur les manches de deux râteaux attachés l'un contre l'autre. On pose une pièce sur le premier œuf arrivé entier à terre et les œufs suivants doivent s'en rapprocher le plus possible et faire tomber la pièce. Le gagnant peut naturellement s'emparer des trésors ainsi acquis.

La tradition du « Gockelholen » est également intéressante, en particulier pour les jeunes hommes et femmes. La nuit du Dimanche de Pâques, les jeunes femmes préparent des cadeaux que les hommes, armés d'échelle, viendront cueillir à la fenêtre de leur bien-aimée. Plus curieuse encore est la coutume de jeter un œuf dur à travers sa propre maison - surtout quand quelqu'un se tient de l'autre côté pour l'attraper ! Ce "drôle de sport" à priori n'est pourtant pas sans signification : l'œuf lancé est censé protéger la maison de la foudre pendant un an.


Maintenant que vous les connaissez, vous adopterez peut-être l'une ou l'autre des traditions pascales bavaroises ou bien vous profiterez de nos conseils pour faire une petite virée pendant les fêtes. Dans tous les cas, nous vous souhaitons de joyeuses fêtes de Pâques.