Carnaval en Bavière : la cinquième saison de l'année

« Fastnacht », « Fasnacht », « Karneval », « Fasching » : la période avant le début du Carême porte plusieurs noms en allemand. Les écoliers ont des vacances de Carnaval, Dieu merci, et le soir des rencontres fastueuses des sociétés carnavalesques divertissent la population. Les habitants des communes bavaroises célèbrent par ailleurs plusieurs coutumes carnavalesques qui sont souvent très proches : la plupart se déguise et fait beaucoup de bruit. L’origine exacte des différentes traditions est toutefois très variable. Plongez-vous ici dans la lecture de ce qu’est réellement la période du Carnaval en Bavière et ce qui le rend si particulier.

Carnaval : Célébration avant le Carême


La plupart des coutumes carnavalesques porte sur des esprits malveillants qu’il faut éloigner et invite à vraiment faire la fête encore une fois avant le Carême. Chasser le froid et l’hiver est aussi souvent le but des coutumes traditionnelles. Pour ce faire, les gens de Bavière fêtent les défilés, rencontres carnavalesques et différentes fêtes locales. Le déguisement des participants joue avant tout un rôle majeur dans la plupart des activités. Soit des personnages au déguisement macabre sont chassés symboliquement, soit les personnes déguisées doivent elles-mêmes chasser quelque chose : généralement les mauvais esprits ou l'hiver. Le Carême s’inscrit en outre directement dans le prolongement de la période du Carnaval. Pour s’y préparer, il est permis de manger copieusement : dans toutes les régions de Bavière, les beignets avant tout sont très appréciés. Ces petites pâtisseries sont très sucrées et fourrées avec différentes ingrédients, le plus souvent elles sont proposées avec de la confiture. Cette pâtisserie de carnaval de la grosseur du poing est une bombe calorique. Un beignet à lui seul apporte environ 400 calories. La tradition veut pendant les défilés de carnaval que des tonnes de friandises soient distribuées et pas moins pour la bière. Compte tenu de ces coutumes riches en calories, il est bon pour tous les participants que la période du Carnaval soit immédiatement suivie par le Carême. La période du Carnaval s’achève le mercredi des Cendres qui annonce le début des six semaines du Carême 

Spécialité culinaire pour la période de carnaval : beignets (photo : Mainpost)

Coutumes carnavalesques en Bavière


Comme nous l’avons déjà dit, il existe une multitude de coutumes différentes à majorité locales qui sont fêtées en Bavière pendant la période du Carnaval, et 2020 n’en est pas en reste. Nous présentons certaines de ces coutumes insolites et donnons une vue d’ensemble des origines historiques, si elles sont connues. 


Rauhnächte (« Nuits de l'effroi »)


Les Rauhnächte sont fêtées dans de nombreuses communes de l’Allemagne du Sud. La plupart cependant à l’époque du Nouvel An. Dans certains lieux, par exemple, à Frauenau (Bavière), on fête cet évènement plus tard, vers la période du Carnaval. Le samedi du Carnaval, de nombreux personnages macabres se rassemblent avec des masques et costumes les plus effrayants possible dans la petite commune située dans la forêt bavaroise. En effet, les mauvais esprits doivent être chassés afin d’apporter le bonheur aux habitants la nouvelle année. L’origine exacte de cette tradition séculaire est incertaine. L’origine du nom remonte quant à lui au mot du moyen haut allemand « rûch » qui signifie « poilu ». Il se réfère aux démons poilus qui sévissent pendant cette période et qu’il faut chasser avec des vêtements macabres . 


Fasenickl à Kipfenberg


La place du marché de Kipfenberg, dans l’arrondissement d’Eichstätt, fête la coutume du « Fasenickl ». Les Fasenickl sont des personnes masquées qui font beaucoup de bruit avec leurs grelots et déambulent dans les rues. On prétend que cette tradition remonte à la période de la peste : Les masques servaient à protéger des maladies et le bruit devait avertir les habitants de l’évacuation des pestiférés. Jusqu’à aujourd’hui, de nombreux habitants de Kipfenberg se déguisent chaque année, portent des masques et traversent la ville bruyamment tout en transportant non plus des malades heureusement, mais en fêtant leur coutume locale. 


Bûcher de sorcières à Lauingen


Depuis près de 450 ans, Lauingen célèbre une fête particulière le Jeudi saint qui s’appelle le « gumpiger Donnerstag » dans le dialecte local : Pendant la journée, de nombreuses sorcières déambulent dans le centre-ville. Dès que la nuit tombe, les combats des sorcières commence, combats qui symbolisent l’hiver, contre les « Frühlingsnarren » (idiots du printemps). Le printemps l’emporte et la Grande Sorcière est brûlée symboliquement pendant la nuit. La fête s’achève lorsque le « Herr der Jahreszeiten » (Seigneur des Saisons) annonce que l’hiver tire sa révérence.  


Tanz der Marktfrauen (« La danse des marchandes »)


Munich, la capitale du Land, possède également certaines coutumes de carnaval. Pour clore le Mardi gras, le Tanz der Marktfrauen a lieu sur le Viktualienmarkt. Il est considéré comme le summum du carnaval de rue à Munich et débute chaque année à 11 heures. La tradition remonte au début du XIXe siècle et est désormais sous l’égide de professionnels : un professeur de danse professionnel est responsable de la chorégraphie du Tanz der Marktfrauen et les répétitions commencent déjà quatre mois avant le Mardi gras. Dans cette vidéo vous pouvez voir la danse de 2019. 

Défilés carnavalesques


De nombreux défilés ont lieu en Bavière, notamment le Lundi des roses, le dimanche avant Mardi gras et le Mardi gras. Diverses sociétés carnavalesques déambulent à travers la ville pendant un défilé de carnaval. En règle générale costumées et avec une certaine devise sur leur char. La plupart des sociétés ont au moins un char duquel de la musique gronde et volent des friandises. Certaines sociétés y participent également et notamment des brasseries sont très appréciées : elles ne distribuent certes aucune friandise, mais de la bière gratuite aux curieux qui regardent le spectacle. Etant donné que presque toutes les plus grandes communes et les nombreuses petites communes ont un défilé, il n’est pas possible d’élire le ou les meilleurs. Le carnaval est une coutume régionale. C’est pourquoi, il faut aller au défilé qui répond au mieux à ses affinités. 


Les coutumes en Bavière sont une tradition


Outre les sociétés carnavalesques, de nombreux particuliers maintiennent également les différentes traditions dans le Land de Bavière. En effet, le port de Lederhose (pantacourt en cuir) n’est pas rare ici, non seulement pendant l’Oktoberfest (fête de la bière). On accorde vraiment beaucoup d’attention aux costumes traditionnels bavarois