5 minutes avec May 19, 2021

5 minutes avec… Monsieur Takao Watanabe, gérant de la société Goldwin Europe GmbH

Avec ses montagnes idylliques, ses innombrables sentiers de randonnée et son paysage maritime aux multiples facettes, la Bavière est incontestablement une destination de vacances populaire. Il y a d'ailleurs une devise dans cette région qui dit : Travailler là où d'autres prennent des vacances. Il n'est donc pas étonnant que des entreprises du domaine du sport et du lifestyle s'implantent également en Bavière. Fondée en 1950, la société japonaise Goldwin Inc. est spécialisée dans les vêtements outdoor de haute qualité, et a ouvert, l'an dernier, son premier flagship store en Allemagne, dans la ville de Munich, avec l'aide d'Invest in Bavaria. Nous avons rencontré le gérant de la société Goldwin Europe GmbH, Monsieur Takao Watanabe, afin de discuter avec lui de l'expansion en Bavière, des défis rencontrés dans cette pandémie et des projets qu'ils ont en vue.

Monsieur Watanabe, l'ouverture du flagship store à Munich en plein milieu de la pandémie de la Covid a certainement représenté un très grand défi, notamment au regard des nombreuses restrictions aussi bien en Allemagne qu'au Japon. Pourriez-vous s'il vous plaît nous expliquer comment vous avez fait pour surmonter tout cela ?

 

L'ouverture d'un magasin à Munich était un souhait que nous avions depuis des années, et nous avons immédiatement entrepris les préparatifs dès que nous avons trouvé un bien immobilier à cette fin. Avec le recul, je pense que nous avons choisi le moment propice (milieu du mois d'octobre 2020) car finalement, il n'y a qu'à ce moment-là qu'une ouverture de magasin était possible. Le siège social à Tokyo est fortement impliqué dans l'entreprise actuelle, de sorte qu'à la date de l'ouverture, de nombreux déplacements professionnels ont été nécessaires. Toutefois, nous sommes parvenus à réaliser le plus de choses possible à distance avec un minimum de collaborateurs. Bien entendu, nous avons également eu la chance de rencontrer d'excellents partenaires coopératifs sur site, qui nous ont aidés dans la création du magasin et le domaine PR. Les entretiens d'embauche aussi, nous les avons menés essentiellement par vidéoconférence. Il n'y a que pour le recrutement au poste important de gérant que des entretiens en personne ont été menés. Fort heureusement, nous sommes parvenus à recruter de bons collaborateurs.

 

Jusqu'à présent, Goldwin était actif principalement en Suisse sur le territoire européen. Pourquoi avez-vous choisi la ville bavaroise de Munich comme site d'implantation ?

 

L'ouverture d'un magasin à Munich fait partie intégrante de notre stratégie globale, avec laquelle nous nous concentrons sur le commerce de détail de notre marque originale Goldwin. Le magasin à Munich représente notre deuxième magasin à l'étranger. Après l'ouverture de notre magasin à Tokyo en 2018, nous avions ouvert, dans un premier temps, une succursale à San Francisco en 2019. Nous avons décidé d'implanter notre flagship store européen dans la ville de Munich car ainsi, nous sommes à même d'y présenter notre toute nouvelle marque Goldwin, dont la collection s'étend de l'équipement de ski à l'équipement de sport, en passant par l'équipement outdoor, directement aux clients. Située à proximité des Alpes, la ville de Munich offre, à toutes les saisons, une multitude de possibilités et de lieux pour faire du sport et profiter de la nature. Elle compte également un grand nombre d'habitants. De plus, chaque année, en été comme en hiver, elle est le théâtre du salon international du sport ISPO, de sorte que la région présente, à tous égards, un lien avec le sport. Par conséquent, nous avons décidé que la ville de Munich serait parfaite comme centre pour nos activités européennes.



Monsieur Watanabe, grâce au commerce en ligne, vous avez la possibilité de vendre vos produits dans toute l'Europe. Constatez-vous une différence dans le comportement des consommateurs dans les différents pays de l'UE ? Qu'est-ce qui est par exemple bien accueilli chez les Français ou chez les Italiens, et qu'est-ce qui est important aux yeux des clients bavarois ?

 

n réalité, il existe des régions dans lesquelles le style européen est profondément ancré. Ce constat est avant tout frappant au niveau de la coupe des vêtements. Qu'il s'agisse de hauts ou de bas, en Europe, le standard est à la silhouette mince. Comme vous devez certainement l'imaginer, ce style est typiquement représenté par l'Italie. Par ailleurs, la plupart des commandes sur notre boutique en ligne proviennent d'Allemagne, suivi de la Grande-Bretagne. Nous ne poursuivons aucune mode particulière, mais tenons quand même compte des tendances. Notre pantalon le plus vendu présente une coupe un peu plus large, et il a été très difficile pour nous de le vendre en Europe. Concernant le style européen, nous avons souvent entendu par exemple que les pantalons pour hommes devaient absolument présenter une coupe étroite pour espérer se vendre en Italie ou en Suisse. En revanche, ce produit a été très bien accueilli en Grande-Bretagne. Cependant, en Italie, en Suisse et en Allemagne aussi, ces pantalons dont la coupe ne correspond pas au style européen se vendent désormais de plus en plus, saison après saison. Par conséquent, j'ai l'impression qu'en fait, tout bon produit qui soit se vend bien partout dans le monde. Un de nos partenaires à Munich (le propriétaire de l'affaire est britannique) commande ce fameux pantalon depuis plusieurs années déjà. Au début, ce pantalon faisait office de rossignol, mais désormais, il parvient enfin à trouver acheteurs, ce dont je me réjouis. 


La crise de la COVID-19 a entraîné d'énormes pertes commerciales dans de nombreux secteurs de l'économie. Qu'en a-t-il été dans votre secteur ? Quelle stratégie avez-vous poursuivi afin de parvenir à traverser cette crise ? Avez-vous pu profiter d'une aide de la part des autorités bavaroises ?

 

La Covid nous touche de plein fouet. Le marché de l'équipement de ski, un de nos principaux domaines d'activité, est un marché avant tout important, et tous les pays sont au moins dépendants de la demande locale au sein de l'Europe. La Suisse a certes ouvert ses domaines skiables, mais uniquement pour ses propres citoyens. La plupart des autres pays quant à eux n'ont pas ouvert les domaines skiables en raison du confinement, et donc les magasins dans les domaines skiables sont restés fermés. Même dans les pays où c'était ouvert, la situation a été très difficile. Comme vous le savez, il a beaucoup neigé et les pistes présentaient des conditions qui, depuis des années, n'avaient jamais été aussi bonnes. C'est une honte. D'un autre côté, d'autres loisirs tels que les activités en extérieur et le jogging, qui peuvent être exercés seul dans la nature, ont explosé. Grâce à notre concentration sur le commerce en ligne, les résultats ont surpassé nos attentes. Nous avons ouvert le magasin le 16 octobre de l'an dernier, et avec le recul, je pense que c'était le seul et unique moment où cela était possible. Malheureusement, il semblerait que nous ne puissions pas bénéficier d'une aide de la part de l'État, mais je pense que nous avons eu raison d'ouvrir notre magasin à l'automne dernier.


Quelle(s) différence(s) constatez-vous entre les partenaires japonais et les partenaires européens ? La méthode bavaroise de gestion des affaires présente-t-elle des particularités ?

 

D'un côté, je perçois de grandes différences, mais de l'autre, je pense que c'est partout pareil. Finalement, tout dépend de la relation entre les personnes. N'en est-il pas ainsi de partout ? J'avais le stéréotype selon lequel tous les Allemands sont très soigneux et ponctuels, mais il n'en est rien. Il y a aussi beaucoup de personnes dynamiques ici. Je m'en étonne même parfois (en riant). Le fait que nous ayons pu ouvrir le magasin quasi comme prévu, en plein pendant la crise de la Covid, est clairement un signe que la Bavière est minutieuse dans son travail. Dans aucun autre pays européen, je n'aurais pu imaginer le même scénario.

Le nouveau flagship store de Goldwin à Munich

Quel est votre prochain objectif ? Quel potentiel percevez-vous en Bavière et en Allemagne ? Comment mettez-vous en application la tendance japonaise « Mono uri yori koto uri », autrement dit « Vendre non pas des produits, mais des expériences », également en Europe ?

 

Notre objectif premier est de connaître le succès avec notre magasin munichois. L'Allemagne est grande et vaste, et ce pays abrite une multitude de grandes villes. L'Allemagne est le berceau de célèbres fabricants d'articles de sport comme Adidas et Puma. La Bavière est un véritable lieu de prédilection pour la création d'entreprises. J'espère que nous parviendrons à accroître la popularité de notre marque dans cette région et que celle-ci y sera bien accueillie. Certes, il est important de « vendre non pas des produits, mais des expériences », mais selon moi, ces deux dimensions sont aussi importantes l'une que l'autre pour accroître la popularité de notre marque et créer notre « fan club » sur la base de magasins. Je pense que les magasins avant tout représentent un précieux moyen de communication afin que les clients puissent expérimenter la marque et se l'approprier. Cette approche correspond également à notre stratégie commerciale au Japon. C'est pourquoi je souhaite créer les meilleurs magasins qui soient en guise de moyen intelligible à travers le monde.


Invest in Bavaria vous a aidés dans votre processus d'implantation. Comment avez-vous vécu cela ?

 

J'ai pris connaissance de l'existence de ce programme par le biais de Mitsui Düsseldorf. Nous avons rendu visite à Invest in Bavaria au mois de juillet 2017 et depuis, nous bénéficions de ses conseils et de son soutien. Même si cette structure ne recommande aucune entreprise concrète du fait de sa neutralité, elle nous a apporté un soutien indéfectible avec des informations essentielles au regard de l'activité commerciale, des informations concernant la communauté, des relations personnelles, une mise en contact avec des entreprises japonaises et des semblables. Elle a même recherché pour nous des locaux commerciaux vacants ou neufs dans la ville et demandé si ces derniers étaient appropriés pour nous. J'en suis très reconnaissant.


Pour conclure, nous aimerions vous demander ce qui vous a le plus plu en Bavière jusqu'à présent. Avez-vous un lieu favori en Bavière que vous souhaiteriez nous recommander ?

 

Faire du ski à Garmish, le château de Neuschwanstein à Füssen comme théâtre de l'ancien film « La Grande Évasion », des visites, des balades en canoë sur les lacs non loin de Munich et bien d'autres choses encore. La Bavière abrite de nombreux sites magnifiques. Je recommande le Bayern München. Cependant, étant donné que je suis fan de basket, je ne parle pas de l'équipe de foot, mais bien de l'équipe de basket Bayern München. Je ne peux que recommander d'aller voir au moins une fois un match à l'Audi Dome. Cette équipe n'est pas très connue en Allemagne, mais elle est très forte et vraiment intéressante ! Il y a même des matchs contre d'autres équipes européennes. Le surf sur le cours d'eau à proximité d'Invest in Bavaria est également un spectacle à ne pas manquer !