Ville bavaroise de Herzogenaurach : adidas fête ses 70 ans

Le 18 août 1949, Adolf « Adi » Dassler inscrivait officiellement son entreprise au registre du commerce, soit presque un an jour pour jour après que son frère, Rudolf Dassler, eut fondé son entreprise Puma. Le fabricant d'articles de sport bavarois fête donc son anniversaire, à proprement parler, un peu en avance. En avance ou pas, cela n'avait, le 9 août 2019, aucune espèce d'importance. La ville de Herzogenaurach a alors vu défiler des grands noms du sport et de la société, venus célébrer les 70 ans d'histoire du spécialiste du sport, aux côtés des plus de 5000 employés.

Le sport est précieux pour adidas. Cet attachement est plus qu'évident lorsque l'on visite le petit village adidas et son campus situés aux portes de la commune de Herzogenaurach : ici, l'entreprise bavaroise a fait construire des terrains de tennis, des murs d'escalade, et même son propre stade de football, le tout pour ses collaborateurs. Ces dernières années, ce groupe du Dax a investi près d'un milliard d'euros pour son campus, dont 350 millions d'euros uniquement pour le nouveau bâtiment principal. Adidas ancre ainsi ses racines natales qui, jusqu'à aujourd'hui, relient l'acteur mondial à la petite commune de Herzogenaurach.


Le fabricant d'articles de sport vit sur ces terres depuis 70 ans, et est désormais devenu un groupe milliardaire comptant près de 57 000 collaborateurs et plus de 900 millions de produits vendus par an à travers le monde. Le groupe vaut plus de 50 milliards d'euros en Bourse. 


Avec sa nouvelle dizaine, l'entreprise aux trois bandes, qui sponsorise entre autres le club du FC Bayern München, a bien évidemment un peu plus de choses à offrir que d'habitude. Quiconque souhaite surfer dans une piscine à vagues, faire des paniers avec des joueurs de basket professionnels ou faire la causette à Phillip Lahm, peut voir son rêve se réaliser. Celui pour qui toutes ces activités sont trop intenses, peut se retirer dans la grande roue qui, en ce jour, domine le magasin d'usine adidas. Un effet secondaire sympathique : les passagers peuvent regarder le concurrent Puma de haut, et ce délibérément. En effet, depuis 70 ans aussi, son siège social est établi à quelques centaines de mètres seulement.
 

Adolf contre Rudolf : une dispute entre frères entre dans l'histoire de l'Économie


Les frères Dassler ont marqué le sport en Allemagne comme peu d'autres l'ont fait. Fils d'un cordonnier, ils ont tous deux survécu à la première guerre mondiale. Ensemble, ils ont alors commencé à fabriquer des chaussures de sport en toile qu'une entreprise alliée compléta avec des crampons métalliques. Après que Rudi fut revenu de la seconde guerre mondiale, les frères se sont disputés et ont pris des chemins séparés : Rudi avec Puma, Adi avec adidas. Le bruit court que les frères ne se seraient plus adressé la parole jusqu'à leur mort. Toutefois, les deux entreprises sont jusqu'à aujourd'hui établies et implantées dans la commune bavaroise de Herzogenaurach. Qu'il s'agisse de Puma ou d'adidas, les magasins d'usine et flagship stores se trouvent à deux pas de leur centrale respective. De cette manière, les clients peuvent suivre de très près les innovations imaginées par l'entreprise bavaroise tant sur le plan des chaussures que sur le plan des tendances en matière de sport et de mode, par exemple dans le domaine FitTech.  
 

Quand querelle familiale rime avec réussite professionnelle


Depuis le début de l'histoire de l'entreprise, adidas et Puma se sont toujours livré une concurrence féroce, jusqu'à il y a dix ans. 2009 a sonné l'heure de la réconciliation officielle : dans le cadre de l'initiative de paix « Peace One Day! », les représentants d'adidas et de Puma se sont pour la première fois tendu la main. Ainsi, les deuxième et troisième fabricants d'articles de sport au monde travaillent désormais en paix, à quelques centaines de mètres l'un de l'autre, dans la commune bavaroise de Herzogenaurach, le nombril du monde du sport.


Le sport évolue, les innovations perdurent


C'est avec les chaussures à crampons d'Adi Dassler que l'équipe nationale allemande a gagné en 1954 sa première coupe du monde. Encore aujourd'hui, la Bavière voit sans cesse naître de nouvelles innovations en son sein, tout particulièrement dans la maison adidas. Nous vous avons déjà parlé de la chaussure de sport à base de fibres imitant la soie d'araignée, qui a été développée par les âmes de Herzogenaurach en collaboration avec l'université de Bayreuth. Toutefois, de nos jours, de « vulgaires » crampons et une simple modification des matériaux ne suffisent plus à satisfaire le moteur d'innovation basé à Herzogenaurach. Ici, les produits ne sont pas les seuls à être entièrement réinventés, la production de ces derniers l'est aussi. Celle-ci devient de plus en plus efficace grâce à des techniques de pointe telles que l'intelligence artificielle et l'impression 3D. Faisant partie de la stratégie industrielle 4.0, l'intelligence artificielle promet, avant tout, un grand potentiel d'amélioration là où les tâches se répètent fréquemment ou se veulent prévisibles. Ce cas se retrouve également dans la production industrielle où des données et des indicateurs très fin existent. Le fabricant de chaussures de sport adidas utilise déjà cette technologie, en association avec d'autres moteurs d'innovation tels que l'automatisation et les robots, dans ses deux dénommées « Speedfactorys » établies en Franconie et dans la ville d'Atlanta, aux États-Unis. Le terme « speed », vitesse en français, se rapporte aussi bien au procédé de production quasi entièrement automatisé qu'à la possibilité de pouvoir réagir bien plus rapidement aux tendances et besoins des clients. Car il n'est pas que dans la production qu'adidas mise sur la haute technologie : à l'aide de l'intelligence artificielle, adidas prévoit également les quantités de commande. Ainsi, les âmes de la petite ville de Herzogenaurach se procurent des avantages durables par rapport à leurs concurrents locaux et internationaux.