Sécurité informatique en Bavière - sécurité pour l'usine intelligente

Le concept de l'industrie du futur promet aux entreprises une immense augmentation de leur création de valeur. En Bavière aussi, les entreprises ont l'opportunité de bénéficier des évolutions technologiques. Dans la mise en œuvre de nouveaux concepts relatifs à l'usine intelligente, la sécurité informatique joue un rôle prépondérant. En Bavière, les entreprises reçoivent une aide dynamique pour réondre aux questions relatives à leur sécurité interne.

Le savoir-faire bavarois fait des envieux en matière de cybercriminalité

L'atout du site bavarois, et des entreprises qui y sont domiciliées, est son savoir-faire technique – très envié de tous les autres états industrialisés qui sont la cible naturelle de la cybercriminalité. Rien qu'en Allemagne, le préjudice économique causé par les attaques cybernétiques s'élève à 44 milliards d'euros par an, ce qui correspond à presque 1,6 pour cent du produit intérieur brut total. Comparé aux dommages subits par l'économie mondiale, ce chiffre semble même minim : le préjudice cybernétique s'y élève à 350 milliards d'euros par an. C'est pour cette raison que la protection des données ne relève pas uniquement du domaine des entreprises. En Bavière, de nombreux sites, départements et initiatives soutiennent l'économie en matière de prévoyance et de suivi dans le domaine de la sécurité informatique.

Centres d'accueil qui donnent des conseils préventifs

Ainsi, en 2013, la Bavière a lancé sa propre initiative en matière de stratégie pour la cybersécurité bavaroise. Outre le centre de lutte contre la cybercriminalité du Bayerischen Landeskriminalamt (Bureau d'investigations criminelles de Bavière), les services d'accueil centralisés du Cybercrime (ZAC) ou du Cyber-Allianz-Zentrum Bayern (CAZ) (centre de cyber alliance bavaroise) de l'Office bavarois pour la protection de la constitution, constituent également des centres d'accueil pour les entreprises, les écoles supérieures et exploitants d'infrastructures critiques en cas d'attaque visant à espionner ou à saboter le système. Ces organismes ne font pas que conseiller les entreprises en cas de préjudice subi, mais aussi sur la façon dont elles peuvent éviter toute agression sérieuse en mettant en place les mesures préventives adéquates. Pour ce faire, elles offrent des conseils ciblés, sensibilisent la direction et les collaborateurs, et organisent des interventions et des discussions individuelles ayant pour objectif de mettre en place un partenariat de sécurité à long terme.

Le tout, dans la plus grande confidentialité : Les entreprises en quêtent de conseils pour des cas ne relevant pas de l'obligation d'information, décident elles-mêmes si elles souhaitent entamer des poursuites pénales - de cette manière, elles peuvent se protéger contre les rumeurs et éviter les dommages économiques qui en découlent. De plus, les informations techniques des attaques perpétrées sont transmises anonymement aux autres entreprises pouvant être prises pour cible, afin que celles-ci puissent mettre en place les mesures nécessaires.

Mieux vaut prévenir que guérir

Le meilleur moyen de réduire un préjudice, c'est de ne pas lui laisser l'opportunité de se produire. Ce serait la solution idéale pour les entreprises. C'est, par exemple, ce que fait l'institut Fraunhofer pour la sécurité appliquée et intégrée (AISEC) en aidant les entreprises de toutes les branches industrielles. Pour protéger leurs systèmes, leurs produits et leurs offres, l'institut développes des technologies de sécurité de haute qualité visant à protéger des produits et des systèmes basés sur l'informatique et les soumet à des tests complets de fonctionnement, de conformité, d'interopérabilité et de contrôle. Les clients de l'AISEC sont issus de tous les domaines - du fabricant à l'utilisateur, en passant par le fournisseur. Ils viennent entre autres des secteurs des télécommunications, de la construction automobile et de son industrie de sous-traitance, de la logistique et de l'aéronautique, de la construction mécanique ou de la technique d'automatisation. Les possibilités de coopération sont multiples : en plus de recherches industrielles contractuelles, l'AISEC conseille les entreprises également par le biais d'analyses de sécurité détaillées ou propose des opportunités de coopération dans le cadre de projets collectifs soutenus par l'UE, l'état ou les régions.

 

Les partenariats stratégiques avec des entreprises industrielles mondiales, comme par exemple, le projet commun avec Infineon Technologies, ainsi qu'avec des universités internationales, dont la TU München, viennent renforcer les atouts principaux de l'institut. À cela s'ajoute le secteur de la sécurité industrielle, pour laquelle l'institut développe des mécanismes de sécurité spécialement conçus pour l'automatisation industrielle.

 

Grâce à ces possibilités de soutiens, les entreprises de Bavière sont les mieux à même d'affronter les défis de l'industrie du futur et de les transformer en opportunités afin d'accroître leur création de valeur.