Plus d'argent pour le site bavarois des startups

Réseaux, liquidités et potentiel - La Bavière offre aux créateurs et aux startups des conditions générales optimales. Exemple le plus récent : L'augmentation du financement pour stimuler le marché bavarois du capital-risque.

La numérisation permet à de nombreux jeunes entrepreneurs de réaliser leur rêve d'indépendance. Une série d'histoires de réussite devient une source d'inspiration pour la scène pour aventurer dans l'inconnu. L'état de Bavière soutient aussi les efforts de création de sa propre entreprise par le biais de nombreux programmes et de points de contact, souvent en coopération avec des initiatives privées. L'initiative « Gründerland Bayern » est une sorte de réseau de financement étendu à toute la Bavière, qui est censé améliorer la recherche d'investisseurs des startups. Car, les jeunes entrepreneurs sont encore et toujours dépendants des investisseurs, qui croient en la réussite entrepreneuriale de la startup.

Un signal fort pour les startups bavaroises


Mais ce n'est pas la seule aide dont les créateurs de Bavière peuvent bénéficier. En Bavière, la ministre de l'économie, Ilse Aigner, a annoncé tout récemment, l'augmentation des facilités du FEI/de la LfA de 50 millions d'euros. Derrière ce nom compliqué se cache un fonds de fonds d'un montant de 100 millions d'euros, qui a été défini en 2009 en même temps et à parts égales entre le fonds européen d'investissement (FEI) et la LfA Förderbank de Bavière. L'objectif ici, est de relancer les investissements d'investisseurs bavarois de capital-risque. A ce sujet, le fonds n'investit pas directement dans les entreprises, mais met à disposition des entreprises de capital-risque, des capitaux supplémentaires pour qu'elles s'engagent concrètement à investir dans les startups domiciliées en Bavière et fonctionne donc, comme un levier.

Les projets sont ambitieux. D'après l'augmentation des facilités du FEI/de la LfA à 150 millions d'euros au total, celles-ci devraient concerner près de 375 millions d'euros d'investissements dans les créations d'entreprises de haute technologie bavaroises à l'aide de moyens européens et de fonds privés. Cela a excellemment bien fonctionné jusqu'ici : Jusqu'ici, 33 millions d'euros du fonds de fonds (dont une moitié vient de la LfA et du FEI) circulent dans le fonds du capital-risque de Bavière. Chaque euro de la LfA a pu apporter 5 euros d'investissements dans les startups de Wurtzbourg à Munich.
La Bavière lance un signe net d'amélioration ultérieure de l'atmosphère financière avec cette augmentation du fonds. En même temps, l'engagement est également un signal fort sur le site des startups pour concrétiser leurs modèles d'entreprise et idées en Bavière.