Objectif atteint avec 463 km/h : l'équipe de l'Université technique de Munich remporte à nouveau la compétition Hyperloop de SpaceX

Un tube sous vide, un prototype, un groupe d'étudiants excités de l'Université technique de Munich : voilà ce qu'ont pu voir les spectateurs de la Hyperloop POD Competition de SpaceX sur le parcours d'essai de Los Angeles. Pour la quatrième fois consécutive, l'équipe de l'Université technique de Munich a clairement pu avoir une influence décisive sur le concours international de grande vitesse grâce à son prototype de POD et ce, avec 200 km/h de plus que la concurrence !

Les championnats du monde de Hyperloop prouvent donc une fois de plus, après le succès de l'année dernière, que le site de la Bavière et en particulier ses têtes pensantes disposent de la compétence technique maximum pour être à la pointe au niveau mondial. Le Hyperloop Challenge existe depuis 2016 et a été mis sur pieds par ELON Musk, le fondateur de SpaceX. Sa vision : Transporter des gens en toute sécurité d'un point A vers un point B dans des capsules appelées POD à une vitesse maximum de près de 1200 kilomètres/heure à travers un système de canalisation sous vide. Pour comparer : la vitesse du son est d'environ 1236 km/h. 


Le prototype haute performance de Bavière


Le prototype pour la voie ferrée à grande vitesse à Los Angeles a été entièrement conçu et construit par l'équipe de l'Université technique de Munich. Ce faisant, elle a obtenu le soutien total d'entreprises bavaroises de renom dans le domaine de l'électrotechnique et de la technologie des moteurs, comme Infineon par exemple. Grâce aux 288 semi-conducteurs de puissance montés, des champs magnétiques qui changent très rapidement entraînent les huit moteurs électriques. Les POD se déplacent dans l'espace sous vide en économisant de l'énergie comme un véhicule traditionnel : dans le vide, la sustentation magnétique ne marche pas sur la résistance de l'air. 

L'équipe TUM a parfaitement compris dès le début du Hyperloop Contest comment assembler chacun des composants techniques et courir vers la victoire. Voici certains des détails techniques du prototype actuel :
•    Vitesse maximum : 463 km/h
•    Puissance du moteur : 240 KW
•    Distance de freinage : 137 m 
•    Poids : 70 kg 


La mobilité en vedette

Le concours présente un objectif tout à fait clair : faire avancer la mobilité du futur et continuer à développer la technologie Hyperloop. Pour la compétition de l'année prochaine, il doit donc y avoir un parcours d'essai de dix kilomètres de long avec un virage, comme l'a twitté Elon Musk, l'initiateur de Hyperloop.

Mais le développement continu est également un thème central en ce qui concerne les prototypes : « le Pod est, pour ainsi dire, le résultat d'une évolution sur quatre ans. Nous en avons tiré les leçons chaque année et implémenté ces connaissances. Même si nous n'avons pas pu battre le record du monde, avoir obtenu la quatrième victoire à la quatrième course est quelque chose d'incroyable. Nous sommes fous de joie », déclare Toni Jukic, chef d'équipe Hyperloop chez TUM. Outre l'équipe TUM, 21 autres groupes d'étudiants du monde entier se sont rassemblés cette année, originaires par exemple des Pays-Bas, de Suisse, d'Espagne ou des États-Unis. L'équipe de l'Université technique de Munich contribue, grâce à son expérience, à placer la Bavière à la pointe des développements Hyperloop : un succès auquel il vaut la peine de se rattacher !