L’histoire de la Bavière : le sel ou l’or blanc

Le sel est indispensable dans notre vie : que ce soit au petit déjeuner, au déjeuner ou au dîner, ce condiment a toujours sa place. Dur à croire qu’il y a quelques centaines d’années seulement, le sel était plus précieux que l’or. Jadis signe de richesse et de pouvoir, il s’agit aujourd’hui d’un produit de consommation de masse vendu à petit prix.

De nos jours, le sel est essentiellement utilisé pour assaisonner les aliments. Mais il y a plusieurs centaines d’années, il servait avant tout à remplacer le réfrigérateur. Au Moyen-âge, on utilisait le sel non seulement comme assaisonnement mais aussi comme moyen de conservation et de préservation des aliments, d’où la grande valeur de l’or blanc au sein du peuple.

Munich, haut lieu du sel


Au XIIe et XIIIe siècles, le commerce du sel florissait en Bavière, en particulier dans sa capitale Munich, dont la fondation fut en grande partie déterminée par le commerce du sel. Et ce ne fut pas le fruit du hasard : en 1158, le duc Henri le Lion fit détruire le pont au-dessus de l’Isar près d’Oberföhring, qui était en possession du prince-évêque de Freising, afin de dévier la route du sel vers son propre pont près de Munich. Aussi, lorsqu’ils traversaient son pont, les marchands de sel étaient contraints de lui verser les droits de commerce et de passage, et non plus à l’évêque Otto de Freising. C’est ainsi que Munich passa d’une petite communauté à un village médiéval relativement prospère. En outre, Munich obtint ce que l’on appelle le droit de pile qui obligeait à stocker et à vendre pendant quelques jours dans la ville le condiment venant de Berchtesgaden et de Bad Reichenhall avant qu’il ne soit transporté ailleurs. Lorsqu’en 1332, l’empereur Louis de Bavière accorda à Munich le monopole du commerce du sel pour le Sud de l’Allemagne, il fallut même agrandir la ville. Néanmoins, les Munichois ne furent pas les seuls à profiter de l’essor du commerce du sel ; dans tout le district, le commerce du sel créa de nouveaux emplois dans les mines, les forêts de montagne et les salines de Bad Reichenhall, Berchtesgaden et Marktschellenberg.

L’exploitation des mines de sel dans le Berchtesgadener Land


La physionomie du Berchtesgadener Land est marquée par le sel, l’or blanc y étant depuis plusieurs centaines d’années extrait de ses montagnes et de l’eau saline des Alpes à Bad Reichenhall. L’histoire de l’exploitation des mines de sel à Berchtesgaden trouve ses origines au XIIe siècle, l’extraction de sel ayant débuté en 1193 au Tuval près de Schellenberg. La mine de sel de Berchtesgaden vit le jour environ 300 ans après, en 1517 ; cette année, la mine célèbre donc son 500e anniversaire. À l’occasion des festivités, la mine de sel propose un programme anniversaire riche en diversité, marqué toute l’année par des visites guidées avec effets spéciaux et des activités comme le forage et le soccage.

Randonnée sur des sentiers historiques

Aujourd’hui encore, divers itinéraires invitent à suivre les traces historiques du transport et de l’extraction de sel. Si vous êtes sportif, le SalzAlpenSteig vous propose un sentier de longue randonnée bien aménagé sur les traces du sel comportant 18 étapes journalières sur une distance de plus de 230 kilomètres : il s’étend du lac Chiemsee jusqu’au Salzkammergut en Autriche, en passant à travers le pays de Berchtesgaden le long du lac Königssee. Par contre, la randonnée sur la montagne de sel à Berchtesgaden, qui longe d’anciennes galeries offrant une vue splendide, prendra un peu moins de temps. Ne manquez pas non plus de visiter la Alte Saline, qui abrite un musée du sel ainsi qu’une partie du grand réseau de galeries, et plongez dans le monde de l’or blanc. Enfin, si le sel est un sujet qui vous intéresse et si vous voulez explorer les origines de l’Homme, la Bavière, avec sa riche histoire et ses nombreuses attractions, est une destination de choix.