2

Le monde invité en Bavière : le savoir-vivre à la française

Les rapports de longue date qui existent entre la France et l’Allemagne sont bien connus de tous. Bien sûr, c’est le cas aussi en Bavière, où le savoir-vivre à la française est très bien perçu. Mais si les Français sont appréciés en Bavière, ce n’est pas uniquement pour leurs beaux-arts ou leur gastronomie ; l’amitié franco-allemande est également florissante sur le plan commercial.

Les relations mutuelles y fonctionnent à merveille, comme le prouvent, entre autres, les près de 400 jumelages qui unissent les communes bavaroises aux municipalités françaises ; par exemple, Munich est jumelée avec Bordeaux, Augsbourg avec Bourges ou Erlangen avec Rennes. Par ailleurs, la Bavière, en sa qualité d’État libre, a un partenariat avec diverses régions françaises, comme l’Occitanie (autrefois le Languedoc-Roussillon, le Midi-Pyrénées) ou la Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Les entreprises françaises en Bavière

Les jumelages sont bien plus qu’un simple effet de manche, comme le montre l’implantation réussie d’entreprises françaises en Bavière, dont Danone à Haar, Ochsenfurt et Rosenheim ou encore Airbus à Ottobrunn. Les nouvelles implantations d’entreprises sont essentiellement recensées dans le domaine de l’informatique et des logiciels. Au total, environ 500 entreprises originaires de France se sont installées en Bavière, soit un quart des sociétés françaises situées en Allemagne. Inversement, plus de 4 000 firmes bavaroises ont d’étroites relations commerciales avec la France, le volume des échanges entre la France et la Bavière s’élevant à 19 milliards d’euros en 2016. Organisé par le Consulat général de Munich, les Conseillers du commerce extérieur de la France et le Club économique franco-allemand de Bavière, le dîner économique franco-bavarois s’est hissé au rang de plateforme de discussion bien établie dans le monde économique.

L’attrait de la culture et de l’économie d’autrui n’est pas unilatéral : plus de 11 000 citoyens français vivant à Munich et près de 30 000 dans toute la Bavière prouvent que le mode de vie allemand revêt visiblement une forte attractivité. Vivre et travailler en Allemagne tout en préservant la culture française ? C’est possible grâce aux nombreuses offres proposées, allant des jardins d’enfants aux musées.

 

En français, s’il vous plaît

La coopération commence dès l’école et va bien au-delà des traditionnels échanges d’élèves : le lycée français à Munich est l’école française la plus importante en Allemagne, cinq Gymnasien bavarois proposent un double diplôme appelé ABIBAC. Le Centre de Coopération Universitaire Franco-Bavarois (BFHZ-CCUFB, Bayerisch-Französische Hochschulzentrum), qui a pour but d’intensifier la coopération dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche à titre d’interface régionale, présente une forme unique en son genre. Si vous souhaitez commencer dès le plus jeune âge à réaliser des échanges internationaux avec nos voisins français, les divers jardins d’enfants franco-allemands en offrent la possibilité.

De surcroît, l’Institut français, haut-lieu de la culture française, a bien sûr une place indispensable en Bavière. Outre les cours de langue, l’établissement de Munich propose un vaste éventail d’offres éducatives, culturelles ou politiques. Un autre centre culturel a su s’établir dans le nord de la Bavière, où l’Institut franco-allemand d’Erlangen invite les francophiles et tous ceux qui souhaitent le devenir à venir partager leurs expériences.