0

Le cor des Alpes en Bavière : entre tradition, art et passion

Les habits traditionnels ou encore l’eisstock : la Bavière regorge d’us et coutumes qui reproduisent le mode de vie d’antan. La région perpétue aussi la tradition musicale. C’est le cas notamment du cor des Alpes. Derrière ce nom se cache un instrument de musique à vent de la famille des cuivres, très répandu dans les Alpes en particulier. Un cuivre ? Oui, cet instrument, bien que fabriqué en bois, est classé dans la famille des cuivres en raison de la façon dont le son est produit. Découvrez ci-après plus d’informations sur le cor des Alpes et les endroits où vous pouvez tester cet instrument de musique.

Un instrument populaire dans la région

Selon la tradition, les cors des Alpes auraient été utilisés à l’origine par les bergers pour communiquer à distance. Par ailleurs, la chapelle Saint-Anne, la plus ancienne chapelle de bois du sud de l’Allemagne, abrite un tableau représentant un berger avec un instrument à vent oblong semblable. Aujourd’hui, le cor des Alpes jouit d’une très grande popularité, bien au-delà de la communauté de bergers. La région accueille régulièrement des rassemblements. Lors de l’événement annuel Allgäuer Alphornbläsertreffen, plus de 300 joueurs de cor des Alpes, solistes ou ensembles, se réunissent pour faire de la musique ensemble. D’ailleurs, le saviez-vous ? En août 2018 aura lieu la 60e édition de l’Allgäuer Alphorntreffen. À noter aussi : le cor des Alpes le plus long, fabriqué d’une seule pièce, qui est entré dans le livre Guinness des records en 1982, est originaire de Bavière. Long de 20,67 mètres, cet instrument peut être découvert aujourd’hui encore dans son atelier d’origine, l’Alphornbau Biermaier à Berchtesgaden.

Un art magistral

La méthode de fabrication d’un cor des Alpes se réfère à la technique classique de réalisation des tubes en bois : un art que maîtrisent seulement quelques fabricants d’instruments de musique spécialisés en Bavière. Les cors des Alpes ne peuvent être réalisés qu’à partir de troncs d’arbre adaptés, dont l’épicéa de préférence. Une fois les deux moitiés du tronc d’arbre évidées, séchées et cerclées, l’embouchure est fixée sur l’instrument. Autrefois, on utilisait principalement la forme incurvée à la base d’un épicéa tordu que l’on trouvait généralement sur les versants des montagnes bavaroises. Cette courbure était très importante car elle était nécessaire pour réaliser le pavillon situé au bout de l’instrument et donc pour le son final produit par le cor des Alpes. Aujourd’hui, cette technique est souvent standardisée au moyen de machines CNC : même le secteur des cors des Alpes n’hésite pas à se moderniser. Selon les goûts, les pavillons de bois des instruments peuvent être ornés de dessins au pinceau.

Le cor des Alpes facile

Théorie mise à part, le cor des Alpes est avant tout une affaire de pratique. La Bavière propose d’intéressantes offres permettant de tester soi-même cet instrument de musique et d’apprendre à en jouer. Le Landhotel Alphorn à Ofterschwang propose des cours spéciaux, dont un petit cours de découverte pour débutants ou directement une semaine complète sous le signe du cor des Alpes pour les joueurs avancés. Le cours de cor des Alpes donné sur la plus haute montagne d’Allemagne, la Zugspitze, permet de vivre une expérience des plus insolites. Afin de faire l’expérience de l’art de vivre à la bavaroise sous toutes ses coutures, l’événement Zugspitzevent à Garmisch-Partenkirchen prévoit ensuite dans son programme une halte dans un refuge où sont servies de délicieuses spécialités de la région.