Représentation bavaroise à l'étranger Mar 24, 2021

La communauté canadienne en Bavière

Il est vrai que plusieurs milliers de kilomètres séparent le Canada de la Bavière sur un plan physique, mais il n'empêche que de nombreux partenariats et coopérations à des niveaux divers et variés, que ce soit de nature économique, politique, culturel ou scientifique, engendrent une étroite relation et une certaine proximité entre ces deux régions du monde.

Des représentations sur les deux territoires favorisent les coopérations bilatérales


Le bon fonctionnement de l'échange entre ces deux régions du monde est dû avant tout également aux nombreuses représentations et organisations gouvernementales canadiennes en Bavière. Au cœur de Munich se trouve le Consulat canadien, qui, outre la division consulaire, emploie également plusieurs représentants commerciaux (Trade Commissioner Service). Le Bureau du commerce et de l'investissement de l'Ontario et le Conseil national de recherches Canada (NRC) travaillent sous le même toit en Allemagne. Le partenariat de longue date et l'amitié spéciale entre la Bavière et la province canadienne Québec, qui sont également scellés par le biais d'un représentation de l'État bavarois à Montréal depuis 1999 renforce l'échange étroit entre la Bavière et le Québec à des niveaux divers et variés, en particulier dans le secteur économique, également pour l'ensemble du Canada.

​​​​​​

La Bavière : un site économique attractif pour les sociétés canadiennes


L'attractivité du site économique bavarois n'est pas passée inaperçue aux yeux d'un certain nombre d'entreprises canadiennes, sachant que bien plus de 100 ont développé des succursales en Bavière. Parmi elles figurent par exemple les suivantes :

  • L'éditeur de logiciel d'IA innovant Algolux développe des technologies informatiques d'optimisation de la vision et de l'image pour une conduite autonome. Depuis 2020, Algolux vient également enrichir l'écosystème « Smart Mobility » munichois.
  • CGI compte parmi les plus importantes entreprises de services numériques et de conseil au monde et sert plus de 21 branches. Parmi ses 400 sites d'implantation à travers le monde, la Bavière est bien entendu également représentée.
  • L'organisation de normalisation indépendante CSA Group est un prestataire de services d'essai et de certification de renommée internationale, qui est d'ores et déjà représenté à Munich ainsi que dans la commune de Strasskirchen. Par ailleurs, la société CSA Group est actuellement en train d'établir sa nouvelle centrale européenne dans la commune de Plattling, située en Basse-Bavière.
  • Établie dans les communes de Feuchtwangen et Langerringen, la société Kinova Robotics développe des technologies sûres dans le domaine de la robotique, et est avant tout spécialisée dans les bras robotiques d'assistance.
  • La société Magna International est le plus grand fabricant de pièces automobiles au Canada et représentée avec plusieurs sites en Bavière, notamment dans la commune de Sailauf située en Basse-Franconie.
  • La société Opal RT aide ses clients du monde entier, également depuis la ville de Nuremberg, avec des solutions de simulation en temps réel et des équipements de test pour des applications diverses et variées, notamment pour les systèmes d'énergie, l'électronique de puissance, le secteur automobile ainsi que l'aéronautique et l'astronautique.
  • La société OpenText est le plus grand éditeur de logiciel canadien et compte parmi les meilleurs du monde. Son siège social EMEA se situe dans la commune de Grasbrunn.
  • La société Pano Cap est spécialisée dans la fabrication de systèmes de fermeture en plastique. Depuis 2003, le siège européen établi dans la commune de Kaufbeuren est responsable de l’approvisionnement du marché européen.
  • Dans ses studios munichois, le studio d'effets visuels primé Rodeo FX crée des expériences cinématographiques réalistes pour le prochain gros succès du box-office.
  • La société Trojan Technologies est spécialisée dans une conception plus efficace et plus durable du processus de traitement de l'eau, à travers une désinfection de l'eau par les UV. Cette entreprise de l'environnement, active sur la scène internationale, a établi son site allemand dans la commune de Schöllkrippen, en Basse-Franconie..


Essor pour le commerce

Ces sociétés profitent notamment de l'accord de libre-échange CETA, dont les trois années d'existence ont été célébrées par le Canada et l'UE en date du 21/09/2020. Cet accord, voué à donner un nouvel élan au commerce entre le Canada et l'Europe, a déjà produit des effets. Le CETA a d'ores et déjà contribué à l'accélération de la progression du nombre d'opérations commerciales entre l'UE et le Canada. Depuis le mois de septembre 2017, le commerce bilatéral entre l'UE des 27 et le Canada a progressé de 24 % côté marchandises et de 25 % côté services.

Des coopérations orientées vers l'avenir pour la science


Outre les interdépendances économiques, le secteur de la recherche aussi abrite de nombreuses coopérations et alliances entre le Canada et la Bavière. Outre les activités du Conseil national de recherches (NRC) déjà évoqué, la Bayerischen Forschungsallianz (Alliance des chercheurs bavarois) accueille également en son sein un organisme de coordination scientifique Bayern-Québec/ Bayern-Alberta/ International. Cet organisme favorise l'échange entre les différents scientifiques et leurs instituts, et les accompagne continuellement sur les 20 projets de recherche communs, de la planification jusqu'à la mise en œuvre, en passant par la coordination. Parmi les spécialités thématiques des projets de recherche internationaux figurent entre autres : les technologies énergétiques et les énergies renouvelables, l'environnement, les nouveaux matériaux, la nanotechnologie, le transport (e-Mobility), les TIC et systèmes complexes, les sciences de la vie et les sciences neuronales, la technologie médicale et l'intelligence artificielle.


À titre d'exemples actuels de tels projets de coopération scientifiques, nous pouvons citer le « Projet ClimEx » et le projet de recherche « Villes créatives ». Le projet ClimEx étudie les effets du changement climatique sur les événements météorologiques et hydrologiques extrêmes et les implications en résultant pour la gestion de l'eau en Bavière et au Québec. Le projet de recherche « Villes créatives » , fondé sur une comparaison culturelle, étudie les différences et points communs concernant la nature, la création et la diffusion de la créativité et des innovations en Allemagne et au Canada francophone, en comparant les villes de Munich et Montréal. Alors que la coopération des régions bavaroise et québécoise constitue une base optimale pour une étude comparative, Munich et Montréal se distinguent également à titre de fiefs créatifs. Et la forte croissance économique de ces deux villes au cours de ces dernières années n'est pas la seule à en témoigner : alors que la ville de Montréal a été élue « Global Creative City » par l'UNESCO, la ville de Munich se montre extrêmement créative et innovante dans l'espace économique allemand, avec une montée en flèche du nombre de start-up en son sein.


Nature, culture et qualité de vie : sirop d'érable ou moutarde sucrée ?


En dehors de l'économie, des sciences et de la politique, le Canada et la Bavière ont également en commun un paysage fascinant. Ce n'est pas pour rien que la vallée de Regen, située entre les communes de Teisnach et Viechtach, est surnommée le « Canada bavarois ». En effet, c'est précisément ici que la beauté naturelle intacte de la rivière « Schwarzer Regen » montre son plus beau côté.

Près de 3000 Canadiens et Canadiennes vivant en Bavière apprécient la haute qualité de vie dans cette région : la proximité de la nature et une offre riche et variée d'activités extérieures et culturelles leur rappellent leur pays d'origine. Le Canadien le plus populaire, qui a fait de la Bavière sa maison actuelle, doit bien être Alphonso Davies, qui, depuis 2018, fait sensation au poste d'arrière gauche au FC Bayern München. Toujours est-il qu'il est le premier joueur de foot canadien à avoir remporté la Champions League avec le Bayern de Munich, faisant même la fierté des Canadiens et Canadiennes généralement plutôt fans de hockey sur glace.


Par ailleurs, le nouveau consul et chef de la représentation à Munich, David Dunkerley, a également pris ses fonctions récemment : 

 

" La Bavière, tout comme le Canada, est un endroit de premier plan pour les entreprises, et particulièrement pour celles qui sont axées sur la recherche, le design et l'innovation. Les possibilités de collaboration y sont nombreuses. J'apprécie également la nature ouverte et chaleureuse du peuple bavarois, et bien sûr, il est merveilleux de combiner travail et loisirs avec les montagnes à proximité. Le Canada et la Bavière ont tissé des liens solides dans de nombreux domaines au fil des années et je suis très heureux de faire partie de cette relation qui avance, avec de nouveaux projets passionnants à venir. "


Lorsqu'on lui demande s'il préfère le sirop d'érable canadien ou la moutarde douce bavaroise, il répond : "Eh bien, je ne peux pas nier que je suis un grand fan du sirop d'érable. Mais cela dit, j'ai eu ma part de moutarde aussi. Pour être honnête, je recommande en fait de les combiner pour un bon glaçage avec un bbq d'été, c'est délicieux !".

Cliquez sur l'illustration pour ouvrir ou télécharger le graphique d'information.

Outre la communauté canadienne, d'autres pays tels que la ChineIsraël et les États-Unis , sont également fortement représentés en Bavière et contribuent à l'échange économique et interculturel. Vous souhaitez rester informé(e) et recevoir des informations régulières sur la Bavière ? Dans ce cas, abonnez-vous dès à présent à notre newsletter gratuite !