La Bavière joue la carte de la mise en réseau – l'initiative des clusters continue

Le gouvernement bavarois continue sa initiative des clusters dans une troisième période. Pendant les dernières années, l'initiative a connu un manifeste succès dans la promotion de l'économie bavaroise, et apporté un renfort à des régions entières. Depuis 2006, l'offensive des clusters réunit les entreprises avec les établissements de recherche et de formation qui sont actifs dans des champs thématiques similaires (clusters).

L’objectif primordial de l'offensive des clusters est la mise en réseau, par le déploiement d’équipes « cluster », d’entreprises à faible activité de recherche avec les détenteurs d’expertise, afin de les aider à développer ensemble de nouveaux produits, optimiser des processus et conquérir les marchés de l’avenir. Dans la troisième période de promotion, entre 2016 et 2019, la Bavière mettra encore 17 millions d'euros à la disposition des participants. Depuis le début du programme en 2006, les clusters bavarois ont réussi à acquérir plus de 256 millions d'euros en fonds fédéraux et européens. Dans le cadre de l'offensive des clusters, la Bavière de son côté a investi pendant la même période 63 millions d'euros dans les entreprises et la science.

La continuation de l'offensive est un investissement phare, dont la ministre bavaroise de l´Économie et Technologie, Ilse Aigner, a été une ardente promotrice : « Notre politique des clusters est un modèle à succès ! Des experts indépendants à Berlin nous ont attesté que les clusters bavarois soutenus réussissent à mettre en réseau l'économie et la science, lancer des cooperations, renforcer les chaînes de valeur et stimuler le dynamisme innovateur. »


Les clusters bavarois en tête du classement allemand


L'offensive des clusters de Bavière est divisée en 19 secteurs-clés pris en charge par des équipes de clusters différents. Les secteurs incluent par exemple la bio- et nanotechnologie, la technologie médicale ou la mécatronique. Ils sont regroupés en cinq catégories détaillées : Mobilité, Développement des matériaux, Homme & environnement, Informatique et électricité ainsi que Services et média. Les différents clusters comptent actuellement 5 500 entreprises et 770 projets individuels. Un total de 5 800 manifestations a eu lieu jusqu'ici.

Certains consortiums bavarois se sont déjà vu décerner le titre de cluster de pointe à l'échelle féderale. Le Medical Valley, par exemple, est situé dans l'agglomération de Nuremberg et combine la technologie et la prestation de services au secteur de la santé. MAI Carbon est également un des clusters de pointe en Allemagne et réunit entre Munich, Augsbourg et Ingolstadt une totalité de 89 partenaires du domaine des matériaux plastiques renforcés en fibres de carbone. Il comprend des entreprises telles que Airbus, BMW ou BASF. Vous trouverez d'autres renseignements sur lesite web officiel de l'initiative.


Mise en réseau et innovation « à la bavaroise »

Cependant une chose est claire : Le succès d'une entreprise dépend toujours en partie de facteurs locaux - aussi et surtout dans une économie globalisée. Pour cette raison, l'initiative des clusters est destinée à faire bénéficier surtout les petites et moyennes entreprises en Bavière. Évidemment, celles-ci ne sont pas situés uniquement dans les agglomérations de Munich ou Nuremberg. Un grand nombre d'acteurs mondiaux et de champions cachés se sont implantés dans des régions ruraux. C'est là qu'il est important de nouer les bons contacts. Ainsi, les équipes de clusters soutiennent les échanges personnels par des rencontres informelles, et encouragent ainsi la mise en réseau des entreprises avec les établissements de recherche et de formation. Voilà une bonne manière de nouer rapidement de precieux contacts professionels, surtout quand il s'agit de profiter de l'expertise des établissements de recherche ou des partenaires, d'améliorer la formation ou de faciliter la création d'entreprises. Ce qui est sûr : La collaboration, sur un pied de partenariat, entre les entreprises et les établissements de recherche et de formation permettra à la Bavière de rester en tête de la concurrence économique à l'avenir.