La Bavière investit dans le développement de l'intelligence artificielle (IA)

Presque tout le monde connaît au moins une innovation ayant à voir avec l'intelligence artificielle, ou IA dans sa forme abrégée, par exemple, avec le smartphone ou les réseaux sociaux. Côté industrie également, l'IA se veut de plus en plus présente à titre d'innovation intersectorielle dans la quasi-totalité des branches. Afin de pouvoir offrir les conditions générales idéales à cette fin également à l'avenir, l'État bavarois encourage avec ferveur le développement de l'intelligence artificielle.

En 2018 déjà, l'État bavarois décidait d'investir 280 millions d'euros dans la recherche de l'IA au cours des années qui suivirent, et ce outre les initiatives déjà existantes telles que par exemple le plan stratégique Bayern Digital II, mené actuellement et jusqu'en 2022. L'objectif est le suivant : propulser la Bavière à la pointe de cette technologie de la numérisation. Dans un avis officiel, le ministre de l'Économie de Bavière, Hubert Aiwanger, a déclaré : « L'intelligence artificielle est une branche clé de l'avenir ». C'est pourquoi l'État bavarois a décidé non seulement d'accorder des subventions, mais également de créer parallèlement 95 nouveaux services publics dans ce domaine. Par ailleurs, le cabinet a également décidé de mettre sur pied une agence bavaroise pour l'IA. Cette agence doit renfermer un conseil pour l'IA, composé d'experts leaders en la matière et chargé de garantir un rayonnement international par-delà les frontières du Land. Ainsi, la Bavière sera à même de se positionner à la tête du concours international en matière d'IA.

Les fonds investis dans la recherche encouragent le développement de l'intelligence artificielle en Bavière

 

Les universités et écoles supérieures des sites d'Erlangen, de Wurtzbourg, d'Augsbourg, de Bayreuth, d'Ingolstadt et de Weiden en particulier profitent de nouveaux postes de professeurs. Avec le réseau de compétences KI Start-ups in Bayern [Start-up de l'IA en Bavière], déjà existant dans toute la Bavière, ainsi que des structures telles que par exemple le centre pour la recherche en IA à Munich, né en 2019 d'une collaboration entre IBM et fortiss, la Bavière a fait un grand pas vers l'avenir.

L'institut Fraunhofer lui aussi est de la partie : non seulement un nouvel institut Frauenhofer dédié aux systèmes cognitifs a vu le jour sur le site de Munich, mais on travaille également d'ores et déjà au développement d'un institut de recherche propre au centre de recherche universitaire de Garching en vue de procéder à un recrutement ciblé de chercheurs pour des domaines de l'intelligence artificielle. Ce développement est financé par le ministère de l'Économie bavarois et le gouvernement fédéral avec une enveloppe de 20 millions d'euros chacun. De même, un rattachement de ce bâtiment à l'université technique de Munich (TUM) est également en préparation. Par ailleurs, la Bavière abrite le Fraunhofer Institut für Angewandte und Integrierte Sicherheit [Institut Frauenhofer pour la sécurité appliquée et intégrée] qui, depuis la fin de l'année 2019, se trouve également à Garching et se penche entre autres sur la sécurité de l'Internet des objets.

Ces chercheurs peuvent alors se réunir au ADA Lovelace Center für Analytics, Daten und Anwendungen [Centre pour analyses, données et applications] à Nuremberg. Ce centre a été ouvert au mois de décembre 2019. Celui-ci renferme non seulement un monde expérimental pour l'IA, mais également des espaces de coworking au sein desquels les collaborateurs de différentes entreprises et structures peuvent communiquer et échanger. Le centre ADA Lovelace Center, qui mène des partenariats avec plusieurs établissements d'enseignement supérieur et des instituts Frauenhofer, sera financé par l'État bavarois jusqu'en 2023. De tels investissements dans la recherche sont nécessaires car l'IA est bien plus qu'une simple science, elle soulève également des questions éthiques, sociales et juridiques.

L'intelligence artificielle en Bavière à titre d'innovation intersectorielle

Dans la lutte concurrentielle des différents pays tels que le Japon, la Chine et les États-Unis pour le titre de pionnier dans le domaine de l'intelligence artificielle, la Bavière ne doit pas se détacher du peloton. C'est pourquoi, depuis le début des initiatives menées au niveau étatique, la collaboration intersectorielle se trouve au cœur de l'attention. Parmi les innovations intersectorielles figurent également par exemple des technologies telles que l'Internet des objets, la sécurité informatique ou la réalité virtuelle et augmentée, lesquelles sont utilisées dans différentes branches également dans des groupes établis en Bavière, tels que par exemple Apple, IBM, Microsoft ou Siemens. L'importance de l'IA est loin de s'atténuer dans les années à venir, bien au contraire, comme le montrent l'entreprise Celonis et d'autres start-up spécialisées dans l'IA qui s'avèrent prometteuses. Avec l'initiative d'avenir pour l'intelligence artificielle, l'État bavarois est préparé au mieux.