#bytevaria Dec 09, 2021

Investissements dans les start-up en 2021 : une décacorne, six licornes et de nombreux investissements en Bavière (partie 1)

Malgré la crise sanitaire, un grand nombre de start-up bavaroises ont pu continuer à collecter des sommes considérables pour leur croissance et leur expansion en 2021. Il en résulte une image globale très hétérogène des jeunes entreprises en matière d’évaluation du marché, d’approche technologique et de points forts sectoriels. Ce tableau souligne le rôle de précurseur joué par la Bavière en tant que centre d’innovation intersectorielle, également et surtout dans le domaine des start-up. Dans cette mini-série, nous nous consacrons aux développements en Bavière en 2021. Aujourd'hui : les scale-ups (partie 1)

Outre l’annonce du géant technologique Apple indiquant son désir d’investir un milliard de dollars dans le site de recherche munichois, l’année 2021 a également été marquée par l’entrée de la scale-up de process mining Celonis dans le cercle des décacornes, autrement dit des entreprises dont la valorisation est supérieure à 10 milliards de dollars américains. Mais d’autres acteurs bavarois de l’innovation ont également réussi ces dernières années à faire leur entrée dans la ligue des licornes (valorisation supérieure à un milliard de dollars) grâce à de nouveaux fonds de capital-risque.

 

  • Celonis : La start-up munichoise a obtenu le statut de licorne dès 2018. Depuis le dernier tour de financement au mois de juin de cette année, Celonis est valorisée à plus de dix milliards de dollars, ce qui en fait la première décacorne bavaroise. Fondée en 2011, l’entreprise permet à ses clients de gérer des processus commerciaux complexes de manière intelligente et basée sur les données. Tous les processus sont alors automatiquement « radiographiés » afin de mettre en évidence les points faibles. Celonis possède désormais un autre siège social à New York et coopère entre autres avec SAP.
  • Agile Robots fait partie, avec Scalable Capital, des plus jeunes licornes de Bavière. Fondée en 2018, cette société établie à Munich et Pékin est parvenue à lever 186 millions d’euros lors d’un tour de financement de série C au mois de septembre. Actuellement, les robots basés sur l’IA de la start-up sont utilisés avant tout dans l’environnement industriel ainsi que dans le domaine médical.
  • Flixmobility : Avec FlixTrain, la start-up du secteur de la mobilité, déjà considérée comme licorne en 2016, mise de plus en plus sur le rail comme moyen de transport durable. En plus de son marché principal, l’Europe, Flixmobility est également active en Amérique du Nord et a acquis en octobre le leader du marché américain Greyhound. Actuellement, Flixmobility est évaluée à trois milliards de dollars.
  • Lilium : Fondée en 2015, cette start-up du secteur de la mobilité est devenue une licorne après seulement cinq ans d’existence et est actuellement valorisée à plus de trois milliards de dollars américains. Les près de 600 collaborateurs œuvrant dans cette entreprise travaillent sur l’idée d’un avion-taxi à commande électrique. Par ailleurs, un des principaux investisseurs de Lilium n’est autre que l’ancien président d’Airbus, Thomas Enders.
  • NuCom Group : Depuis sa création en l'an 2017, NuCom Group est une holding établie à Munich, qui se concentre sur le regroupement de sociétés de commerce en ligne nationales et internationales. Au bout d'un an d'existence, la société parvenait déjà à obtenir le statut de licorne. Valorisation : environ 2 milliards de dollars.
  • Personio : Fondé en 2014, cet éditeur de logiciel, dont le siège est établi dans la ville de Munich, développe une solution numérique destinée à faciliter les processus de ressources humaines pour les petites et moyennes entreprises. Début 2021, la scale-up a réussi à entrer dans la catégorie reine avec une valorisation de 1,7 milliard de dollars ; désormais, sa valorisation de marché atteint même les 6,3 milliards de dollars.
  • Scalable Capital : Fondée en 2014, la start-up du secteur de la Fintech est valorisée à 1,4 milliard de dollars depuis son dernier tour de financement au mois de juin. La plateforme en ligne, qui a été officiellement lancée en 2016, permet actuellement à près de 300 000 utilisateurs de négocier des actions, des ETF et des fonds. Pour en savoir plus sur l’évolution actuelle, nous vous conseillons de lire notre entretien avec son fondateur et CEO Erik Podzuweit.
     

Il n’y a pas que le nombre de licornes qui augmente en Bavière, des start-up plus jeunes et plus petites sont également en pleine croissance dans cette région. Pour savoir quelles sont ces entreprises et comment celles-ci profitent de l’écosystème de start-up bavarois, rendez-vous dans la seconde partie de notre série d’articles. La deuxième partie sera publiée demain.

 

Photo: © Celonis