Hightech Agenda Bayern – Investitionen in die Zukunft

Intelligence artificielle, robotique et numérisation : il ne s'agit là que de trois exemples parmi les nombreux mots-clés qui reviennent sans cesse lorsqu'il est question de l'avenir de la branche high-tech en Bavière. Avec le programme « Hightech Agenda Bayern », le gouvernement de l'État bavarois apporte un soutien ciblé aux domaines de l'intelligence artificielle et de la SuperTech. L'objectif est le suivant : rendre la Bavière non seulement pleine d'avenir sur le long terme, mais développer également sa position de hub technologique leader de manière bien ciblée. Nous vous présentons le contenu exact du programme « Hightech Agenda Bayern », les mesures prises ainsi que les investissements réalisés.

Qu'est-ce que le programme « Hightech Agenda Bayern » ? 

 

Fin 2019, le ministre-président de Bavière, Markus Söder, présentait déjà le programme intitulé « Hightech Agenda Bayern » au Parlement bavarois. Ce plan de mesures doit veiller à ancrer et développer l'offensive technologique déjà en cours dans l'État bavarois. « Nous mettons ainsi le turbo en matière de recherche afin que dans 10 ans, la Bavière puisse encore jouer la Champions League », a déclaré Söder.  L'intelligence artificielle serait notamment la clé de l'avenir. C'est pourquoi il est important que la Bavière ne se repose pas sur sa position de leader actuelle dans ce domaine. Au contraire, il faut avancer à grands pas en vue de renforcer le site économique pour les entreprises high-tech, les start-ups et la recherche dans ce domaine.


Les quatre piliers du programme « Hightech Agenda Bayern »

 

Le programme « Hightech Agenda Bayern » comporte au total quatre domaines de spécialité qui, ensemble, sont financés avec une enveloppe de deux milliards d'euros. Ces quatre piliers sont : 

 

  • le développement du programme consacré à l'intelligence artificielle et à la SuperTech (600 millions d'euros) ;
  • la transformation et le développement de programmes d'accélérateurs pour les universités ainsi que les réseaux mobiles en Bavière (600 millions d'euros) ;
  • la vaste réforme des établissements d'enseignement supérieur (400 millions d'euros) ;
  • une offensive de classe moyenne durable pour l'économie bavaroise, axée sur des fonds du numérique, de start-up et automobile (400 millions d'euros).
     

Le domaine « SuperTech » comprend avant tout la technologie quantique, l'aéronautique et l'aérospatial ainsi que les applications CleanTech. Dans le détail, d'ici 2023, 1000 nouveaux postes de professeur doivent être créés avec les investissements, ainsi que 10 000 nouvelles places d'étudiant dans les universités et écoles supérieures bavaroises. 


La Bavière mise sur les meilleurs scientifiques dans les domaines de la numérisation, de l'IA et de la SuperTech. 

 

Le programme « Hightech Agenda Bayern » se concentre avant tout sur le progrès dans la recherche et l'enseignement en vue de développer le statut d'hub technologique leader, déjà démontré dans l'étude Deloitte Plus de 20 instituts de recherche de grande classe doivent donc être soutenus. L'objectif est d'attirer les meilleurs scientifiques et utilisateurs en Bavière, en collaboration avec les universités bavaroises telles que l'Université technique de Munich ou encore l'Université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nuremberg. Un réseau dense avec les instances économiques sur site veille à ce que les résultats et les innovations soient directement mis en application. 

Dans ce cadre, les zones rurales doivent être avant tout équipées d'instituts de recherche de grande classe : 
 

Par ailleurs, le domaine « Data Science » à l'Université de Wurtzbourg, le futur hub technologique à l'Université technique de Nuremberg, le domaine de la santé numérique à l'Université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nuremberg (FAU) ainsi que le domaine « IA et mobilité » à l'Université technique d'Ingolstadt (THI) doivent être renforcés de manière ciblée. 


Munich, centre d'intelligence artificielle leader à l'échelle internationale 

 

La capitale bavaroise s'est vu attribuer un rôle bien particulier dans le programme « Hightech Agenda Bayern ». Conjointement avec l'Université Louis-et-Maximilien de Munich (LMU) et l'Université technique de Munich (TU) ainsi que l'institut Fraunhofer, des centres de spécialité dans la recherche et le développement vont être renforcés dans et autour de Munich. Cette initiative profite d'ores et déjà à des structures existantes telles que par exemple : 

 

Par ailleurs, l'institut Ellis (European Lab for Learning & Intelligent Systems) doit être implanté à Munich. Conjointement avec l'institut « AI Mission Institute » devant encore être fondé à Munich ainsi que les importants réseaux dans la région métropolitaine et par-delà ses frontières, une scène de start-up vivante et une région d'innovation en IA de classe mondiale sont sur le point de voir le jour. « Les projets du gouvernement de l'État bavarois sont un signal fort et novateur qui arrive précisément au bon moment », a déclaré Thomas F. Hofmann, le président de l'Université technique de Munich.  


Le programme de soutien pour la numérisation en Bavière profite du programme « Hightech Agenda » 

 

Le programme « Hightech Agenda Bayern » renforce également les programmes de soutien déjà en cours pour la numérisation, et donc la recherche et le développement du numérique en Bavière de manière durable. Les projets notamment communs qui encouragent la recherche et l'application dans l'économie vont également encore en profiter. Les coopérations entre des entreprises économiques et des instituts de recherche ainsi que des start-ups sont encouragées de manière ciblée. Les innovations et nouveaux produits dans le domaine de l'IA et les domaines dits SuperTech devraient fleurir. Le programme de soutien pour la numérisation vise principalement les domaines d'application que sont les technologies de l'information et de la communication (TIC) ainsi que les systèmes électroniques en Bavière. 


Mise à jour: Hightech Agenda Plus


L'agenda Hightech prévu sera avancé avec 900 millions d'euros supplémentaires en 2021 et 2022. L'objectif de ces mesures Hightech Agenda Plus est l'attribution plus rapide des chaires ainsi que le maintien des postes existants dans les universités de l'État libre, en particulier dans les domaines de l'aérospatiale, de l'informatique, de l'intelligence artificielle, de la CleanTech et de l'hydrogène. En outre, d'autres grappes pour la technologie quantique et les sciences de la vie doivent être créées.