#bytevaria Sep 08, 2021

Les femmes fondatrices en Bavière : tout sur la planification de carrière et l'esprit d'entreprise pour les femmes de la scène des start-up

Les femmes sont encore relativement peu représentées sur la scène des start-up en Allemagne. Selon l'étude « Female Founders Monitor » menée par l'association allemande des start-up, seulement 15,7 % fondateurs de start-up étaient des femmes en 2020. Mais la tendance est à la hausse, et nombreuses sont les organisations et les femmes fondatrices ayant déjà réussi qui souhaitent à leur tour promouvoir et soutenir délibérément d'autres femmes fondatrices en Bavière. Découvrez ici les réseaux que la Bavière a à offrir et les femmes entrepreneurs que vous devez absolument connaître.

Des initiatives prometteuses pour plus de pouvoir féminin dans les start-up bavaroises

Dans le secteur des technologies avant tout, les femmes fondatrices sont sous-représentées. Souvent, les talents féminins prometteurs n'osent même pas envisager la possibilité de créer leur entreprise ou ne savent pas comment réussir à s'imposer sur la scène des start-up. Afin de soutenir précisément ces femmes entrepreneurs potentielles dans leurs projets et leurs idées, il existe des initiatives telles que la « Women Start-up » du centre UnternehmerTUM ou la « One Mission » de l'incubateur d'entreprises WERK1. Des initiatives comme celles-ci offrent une communauté diversifiée d'actrices et de fondatrices inspirantes qui échangent leurs idées, s'épaulent et s'entraident par tous les moyens, dans le cadre d'événements de mise en réseau, d'ateliers, etc. Les solutions de soutien et événements suivants, entre autres, sont ici à l'ordre du jour dans l'objectif de promouvoir la scène des femmes fondatrices en Bavière :
 

  • programmes de coaching et de mentorat féminin ;
  • accès à des réseaux de femmes investisseurs ;
  • « pitch events » et formations dans les entreprises ;
  • discussions et débats avec des fondatrices ayant réussi ;
  • ateliers sur les options de financement.


Avec son initiative « One Mission », l'incubateur d'entreprises WERK1 s'est fixé pour objectif de devenir un pionnier régional et national en matière de diversité des genres dans les équipes fondatrices de start-up et de porter cette proportion en interne à 35 % d'ici 2025. Les initiatrices de cette mission sont Marlene Eder, Vanessa Provenzano et Maike Wursthorn, qui combinent leur savoir-faire dans les domaines de la gestion de projets et de start-up ainsi que de la planification d'événements et de services.

L'importance essentielle des femmes pour l'écosystème de start-up allemand

L'étude « Female Founders Monitor » vise à mettre l'accent sur l'importance significative des femmes fondatrices de start-up en Allemagne et à stimuler une prise de conscience plus profonde de la position des femmes dans l'écosystème de start-up allemand, sur la base de faits et de chiffres. Les femmes fondatrices ont souvent plus de mal à accéder aux ressources nécessaires, aux investisseurs potentiels ou aux options de financement de croissance. Pourtant, les données montrent clairement que les femmes constituent un lien essentiel entre l'économie et la société, car elles se concentrent largement sur les modèles de société durables et sociaux et sont également à l'origine de nombreuses innovations médicales et éducatives.

Accroître la visibilité de l'entrepreneuriat féminin

Le cabinet de conseil McKinsey et le quotidien allemand « Handelsblatt » se sont réunis pour la première fois en 2019 en vue de donner aux fondatrices de start-up du secteur technologique la reconnaissance et l'attention qu'elles méritent avec le prix intitulé « Female Founder Award ». En 2020, les femmes fondatrices à succès de l'industrie numérique ont été une nouvelle fois appelées à proposer leurs entreprises pour le prix et à convaincre en tant que pionnières du numérique. Parmi les finalistes figuraient entre autres Katharina Kreitz de la société Vectoflow ainsi que Catharina van Delden avec sa société innosabi. La capitale munichoise a également engendré un certain nombre de femmes fondatrices qui montrent l'exemple et motivent d'autres femmes à créer leur propre entreprise :
 

  • Lena Jüngst est co-fondatrice de la start-up munichoise Air up, qui produit des gourdes avec des capsules d'arôme.
  • Christina Polleti a déjà co-fondé deux start-up à succès : Easyautosale, qu'elle a vendue à Autoscout24 en 2015, et la start-up de mobilité Cluno, une start-up d'abonnement de voitures qui a depuis été rachetée par un concessionnaire en ligne britannique.
  • Günes Seyfarth, véritable fondatrice hors pair dans le secteur social et écologique, est à l'origine de Next EntrepreneursFruitiverseDie Astronautin et bien d'autres idées commerciales.
  • Veronika Riederle a fondé la start-up Demodesk avec son partenaire Alex Popp. Il s'agit là d'une plateforme de partage d'écran à des fins d'interaction virtuelle avec le client.
  • Dagmar Schuller a créé sa start-up Audeering en 2012 et n'a cessé d'agrandir son équipe au fil des ans. L'entreprise s'attache à utiliser l'IA de manière significative dans la vie quotidienne, en la rendant utile au plus grand nombre et dans des domaines d'application très variés.
  • Delia Lachance a fondé la société Westwing avec quatre autres partenaires. Ce détaillant en ligne de produits pour la maison et l'habitat est désormais actif dans 11 pays européens et a généré 267 millions d'euros de chiffre d'affaires rien qu'en 2019.
  • Mareike Wächter est co-fondatrice de Banovo, l'une des principales entreprises du marché de la rénovation des salles de bains en Allemagne.
  • Zarah Bruhn est co-fondatrice de la start-up Social-Bee, la première agence d'intérim qui vise à intégrer activement les réfugiés dans la société et sur le marché du travail. 
  • Marie Sievert a fondé la société inveox GmbH avec son mari. Cette entreprise est spécialisée dans le développement de systèmes d'automatisation conçus pour numériser et mieux connecter les laboratoires de pathologie. Dans le domaine du diagnostic du cancer notamment, ces systèmes devraient permettre la réduction des erreurs de diagnostic à l'avenir et donc le renforcement de la sécurité des patients.
  • Lisa Gradow est la fondatrice et la directrice de la société Usercentrics. Cette start-up compte parmi les leaders du marché dans le domaine des plateformes de gestion des consentements (CMP) et permet aux entreprises d'obtenir et de gérer le consentement des utilisateurs sur l'ensemble des canaux numériques dans le respect de la vie privée grâce à la technologie SaaS.
  • Michelle Skodowski, fondatrice et directrice de la société Botfriends, a développé avec son équipe une solution logicielle qui permet aux employés d'une entreprise de faire fonctionner des applications d'intelligence artificielle, telles que des chatbots et des voicebots, par eux-mêmes, sans aucune connaissance en programmation, contribuant ainsi à automatiser les communications avec les clients.


Une planification de carrière ciblée pour les femmes

Environ 33 % des visiteuses du salon herCAREER en 2018 ont exprimé leur désir et leur idée de créer une entreprise à l'avenir. Cette année encore, le salon leader de la planification de carrière au féminin permettra aux femmes intéressées d'échanger leurs idées avec des expertes et des initiées, de créer un réseau avec la communauté herCAREER et de découvrir des offres attrayantes dans les domaines de la formation continue, des portails de carrières, des options de financement et bien plus encore. Le salon se tiendra à Munich les 16 et 17 septembre 2021, ce qui en fait l'événement idéal pour refléter en particulier l'émergence de l'entrepreneuriat féminin en Bavière. En outre, visiteurs, exposants et conférenciers seront multiples et issus de secteurs divers et variés, de sorte que les femmes, qu'elles se lancent dans les affaires ou qu'elles soient déjà fondatrices, pourront élargir leurs réseaux de manière ciblée.

Newsletter Sign-Up

Des sujets régulièrement intéressants sur le site bavarois dans la newsletter. S’abonner dès maintenant !