Cinq minutes avec ... le Dr Rainer Martens, directeur du service technique de la MTU Aero Engines AG

L'économie bavaroise est vivante – ce sont surtout les personnes qui travaillent et vivent ici, qui y contribuent. Dans notre rubrique « 5 minutes avec … », nous présentons tous les mois une personnalité intéressante de l'économie et de la recherche. Ce mois-ci, nous nous sommes entretenus avec le Dr Rainer Martens, directeur du service technique de la MTU Aero Engines AG. En prenant la décision de créer un nouveau centre logistique, l'entreprise a donné un signal positif pour le site technologique de Bavière et a garanti des emplois hautement qualifiés dans le domaine.

Dr. Rainer Martens, Vorstand Technik der MTU Aero Engines AG
Dr. Rainer Martens, Vorstand Technik der MTU Aero Engines AG

Le nouveau centre logistique a été mis en service au mois de janvier 2015. Quelle est l'importance de cela pour la MTU Aero Engines AG et le site de Bavière ?

L'installation du nouveau centre logistique de la MTU Aero Engines à l'endroit de son siège social, représente un autre engagement clair vis-à-vis du site de Munich et est garante de la réussite de l'ensemble de l'entreprise et de ses emplois de haute technologie. Dans la 80ème année de l'existence de notre entreprise, ce nouveau bâtiment très moderne représente un signe évident de notre efficacité et de notre caractère novateur. Par le biais de celui-ci, nous tenons compte de l'évolution future des affaires et renforçons l'image du site de Munich : Toute notre attention se porte sur les composants complexes de haute technologie et les systèmes de fabrication hautement automatisés.

Au cours des prochaines années, beaucoup de choses nous attendent : La MTU participe aujourd'hui à plus de programmes des moteurs pour grands avions civils qu'elle ne l'a jamais fait par le passé - et ce pour toutes les catégories de propulsion : sur les avions d'affaires, les jets régionaux, les avions de petit et moyen courrier ainsi que sur les avions de grande ligne. Le turboréacteur à double flux est la vedette de notre gamme de produits. Il est vraiment particulier du point de vue technologique et est une grande réussite sur le marché : Les commandes des moteurs d'avion atteignent plus de 6 000 en un temps record - pour cinq types d'avions. L'année prochaine, nous commençons le montage final du propulseur à double flux pour l'A320neo à Munich. Pour nous, c'est du jamais vu, car aucun moteur d'avion civil n'a encore jamais été monté ici.

Selon les prévisions économiques, notre production va changer de manière drastique et augmenter massivement : D'ici 2018, nous prévoyons doubler nos livraisons de modules. Cela représente un défi que nous avions jamais eu et auquel nous ferons face en nous impliquant beaucoup. Nous avons effectué de gros investissements dans l'infrastructure sur différents sites - entre autres, notre nouveau centre logistique a vu le jour à Munich.


Votre entreprise investit 10 millions d'euros. Quels objectifs cherchez-vous à atteindre avec cela ?

Le nouveau centre logistique MTU est le deuxième plus gros investissement à Munich au vu de l'évolution rapide du commerce : L'année dernière, nous avons déjà mis en œuvre un nouveau centre de compétence pour la fabrication de disques aubagés monobloc. Ce qui représente aussi un projet de plusieurs millions d'euros. Les disques aubagés monobloc sont des composants de haute technologie pour compresseurs haute pression, dont la MTU est l'un des premiers fabricants au monde. Ces composants sont utilisés, entre autres, dans les nouveaux propulseurs à double flux.

Le turboréacteur à double flux est basé sur une architecture du moteur entièrement nouvelle et permet une économie de carburant de 15 pour cent en un coup, réduit aussi les émissions de CO₂ de 15 pour cent et diminue le bruit de moitié. Grâce à ce moteur éco-efficace pour avions régionaux, de court et moyen courrier, nous avons réalisé, avec Pratt & Whitney, un énorme pas en avant technologique qui est apprécié par le marché. Nous nous sommes aussi penchés sur des utilisations pour les avions gros porteurs. Nous pensons que le turboréacteur à double flux deviendra le moteur civil le plus important de l'avenir.

En participant au turboréacteur à double flux, la MTU a affirmé une fois de plus ce qui la caractérise depuis des décennies : En tant que leader technologique dans les domaines fondamentaux des moteurs - turbines basse pression, compresseurs haute pression, carters intermédiaires de turbines, processus de fabrication et de réparation - nous sommes toujours restés des précurseurs dans le domaine technologique. Et il faut que cela reste ainsi. Aujourd'hui, nous sommes présents dans un avion commercial sur trois grâce à nos technologies et nous nous sommes établis comme partenaire fiable et indispensable de la branche.


Grâce à cela, vous avez jeté les bases de la future croissance ?

Pour 2015, la MTU table sur une forte augmentation de l'activité de production en série de composants civils. Dans ce domaine, le chiffre d'affaires devrait augmenter d'un grand pourcentage à un chiffre. Nous attendons le même phénomène pour la maintenance civile. Dans ce domaine, nous sommes l'un des plus grands fournisseurs du monde. D'ici 2017, la MTU va devoir effectuer de gros investissements. Notre position sur le marché est garantie par nos participations aux programmes des nouveaux moteurs civils. Ce faisant, les activités de fabrication en série et de maintenance évoluent plus vite que le domaine des pièces détachées. L'activité militaire reste stable.

Les années à venir ne sont pas seulement façonnées par l'ascension des séries de programmes des turboréacteurs à double flux, mais aussi par leur développement technologique. En outre, les travaux de recherche et de développement sur les futurs moteurs importants, comme le GE9X pour le Boeing 777X se déroulent actuellement et doivent respecter un calendrier très serré jusqu'à leur mise en service. En ce qui concerne la maintenance, nous nous positionnons fortement sur le réseau MRO (maintenance, réparation, reconfiguration) des constructeurs de machines et d'équipement, à savoir : le grand fabricant de moteurs GE et Pratt & Whitney. Les investissements deviendront rentables à partir de 2018. Ensuite, nous attendons une croissance accélérée des domaines d'activité à forte marge.


Que pensez-vous de la situation du personnel spécialisé en Bavière et spécialement à Munich ?


La situation du personnel spécialisé de Bavière et spécialement à Munich est relativement bonne car la région métropolitaine bavaroise est un site attrayant. Le recrutement et la fidélisation des collaborateurs restent les objectifs stratégiques de la MTU, surtout dans l'environnement local.

En ce qui concerne l'Allemagne, il faut dire que la pénurie de personnel spécialisé est vraiment un problème car on y est formé encore trop peu par rapport aux besoins des disciplines spécialisées. En tant que fabricant de moteurs d'avion, nous recrutons actuellement jusqu'à 90 pour cent des diplômés des filières mathématiques, informatique, sciences naturelles et technique. Cela signifie que le nombre de candidats pour nous est nettement plus faible ici que dans les filières plus courantes telles que la gestion et le droit.

En règle générale, nous ne prenons que les meilleurs. Afin de garantir cela, nous entretenons des relations étroites avec les écoles supérieures particulièrement importantes pour nous et avec leurs chaires. Parmi elles, on dénombre l'université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle, l'université technique de Munich, l'université de la Bundeswehr à Munich, l'université technique de Braunschweig et l'université de Stuttgart. Ce qui nous avantage c'est que la MTU dispose d'une très bonne renommée dans la branche de l'aéronautique et est le premier choix de nombreux candidats. Nous ne comptons pas nous reposer sur nos lauriers à cause de cette image positive, mais travaillons activement à rester ce que nous sommes : un employeur attrayant.


Pouvons-nous encore vous demander quels sont les objectifs personnels que vous poursuivez ?

Je considère aussi que la capitale bavaroise est naturellement un site attrayant - avec toutes ses qualités culturelles et géographiques. Je connais Munich depuis la fin des années 1990 et profite beaucoup de la ville et de son gros éventail de loisirs. Etant originaire d'Oldenbourg, j'ai aussi appris à apprécier le mode de vie bavarois et me rends volontiers dans les brasseries. Parmi les activités que j'affectionne, j'accorde beaucoup d'importance à ce qui touche au sport et à la musique. Ici, les offres de concert de la musique classique au rock, sont naturellement sensationnelles et j'en use plus que de raison. En vacances, j'aime bien voyager avec ma femme à travers les pays méditerranéens dans notre vieux combi VW. C'est ce que nous faisons depuis de nombreuses décennies.