Bonjour taxi aérien, direction la prochaine édition de la Bits & Pretzels !

Ce week-end, la cinquième saison de la Bavière a touché à sa fin. La fête de la bière a fermé ses tentes pour 2018. Il y a quelques années, les initiateurs de la conférence Bits & Pretzels se sont aperçu que la plus grande fête foraine du monde, qui attire des visiteurs du monde entier, était une plateforme idéale pour convaincre de jeunes entrepreneurs de venir en Bavière. Aujourd’hui, l’événement est devenu, pour certains, un rendez-vous immanquable. En effet, il offre une vision intéressante de toutes sortes de thèmes portant sur les start-up et le numérique, la mobilité, par exemple, ayant été un des sujets abordés cette année.

Après cinq éditions, l’événement a, en quelque sorte, réussi à s’établir, ce que l’on constate quand on voit le nom des grandes entreprises qui étaient représentées cette année pour la première fois en si grand nombre, avec leur propre stand et même, pour certaines, avec leur propre programme. Google, dont le centre de développeurs se trouve à Munich, était aussi de la partie, au même titre de Microsoft, KPMG et Audi. Une évolution on ne peut plus profitable pour les créateurs d’entreprises qui peuvent ainsi déterminer sur place s’ils peuvent faire mouche avec leur produit ou service auprès des partenaires et clients potentiels.

La devise ? La diversité !


L’édition de la conférence Bits & Pretzels de cette année a été placée sous le signe de la diversité (le discours d’ouverture a été tenu par Tarana Burke, militante américaine pour les droits civiques et fondatrice de #MeToo). Et le programme n’a pas manqué de diversité. Le grand nombre de thèmes abordés a permis à chacun de repartir la tête pleine d’impressions personnelles.  En ce qui me concerne, c’est la mobilité qui a été dominante cette année.

Il y a trois choses que la Bits & Pretzels nous a permis d’apprendre sur la mobilité :

 

1.    La diversité est aussi demandée dans la mobilité.

Bien que je le savais déjà, je m’en suis véritablement rendu compte lors de la Bits & Pretzels : pour la mobilité de demain, il faut bien plus que de simples voitures. Nous irons d’un point A à un point B en taxi aérien, nous emprunterons de petits véhicules électriques pour nous mouvoir à l’intérieur des villes ou pour faire de brefs parcours et nous continuerons d’utiliser le covoiturage et les modèles à la demande. Et si nous voulons malgré tout utiliser la voiture, nous n’aurons même plus à la conduire. Grâce à la conduite autonome et à l’intelligence artificielle, c’est le pilote automatique qui nous emmènera à destination.

Die Mobilität der Zukunft, zusammengefasst in nur einem Tweet!


2.    Le logiciel est un aspect qui gagne en importance.

À l’avenir, les constructeurs automobiles traditionnels ne seront plus les seuls à dominer le marché des véhicules, ce dernier étant d’ores et déjà pris d’assaut par des acteurs issus d’autres industries. Le mot-clé ici : l’innovation intersectorielle. Quand VW explique lors de la Bits & Pretzels comment faire pour passer du stade de simple fabricant de matériel au rang de fournisseur de logiciels, le chemin inverse ne paraît pas non plus irréaliste. Qui sait : dans un avenir pas si lointain, nous conduirons ou nous ferons conduire à bord d’une Googlemobile. Grâce à la fonction Maps, le véhicule connaît déjà le chemin !

3.    Le développement durable est le maître-mot, même dans la mobilité.

Pour faire son chemin avec les motorisations alternatives, il faut non seulement un réseau de stations de recharge couvrant tout le territoire mais aussi des systèmes rapides et intelligents de gestion de la batterie dans le véhicule. Après tout, qui a envie de passer des heures à « faire le plein » ? D’ailleurs, la mobilité électrique s’essaye aussi aux trajets longue distance : même les bus qui circuleront demain seront électriques. Le développement durable est un aspect qui ne cesse de gagner en importance.

Parmi les conférenciers invités, il y en avait un qui sait très bien comment faire pour tenir la route : l’ancien champion du monde de Formule 1, Nico Rosberg. Et que serait un sportif de haut niveau (même s’il n’est plus actif) sans une vision :

„In mobility we have the chance to change the world.“

Une délégation internationale invitée chez Invest in Bavaria


Ce n’est pas (encore) en taxi aérien mais avec des moyens de locomotion plus ou moins traditionnels que nous avons accompagné une délégation internationale lors de notre « Bits & Pretzels Innovation Tour » à travers la Bavière. Elle était composée de représentants d’accélérateurs et d’incubateurs d’entreprises venus de plus d’une dizaine de pays. Outre la conférence Bits & Pretzels, plusieurs visites du haut lieu de l’écosystème de start-up bavarois étaient au programme.