5 minutes avec... Wolfgang Westermeier, gérant et cofondateur de Customized Drinks GmbH

Traditionnellement, la Journée allemande de la Bière a lieu le 23 avril. La Bavière est connue dans le monde entier pour sa boisson à base d’eau, de malt, de levure et de houblon. Les grandes brasseries commercialisent leur bière aux quatre coins du monde. Mais la région voit elle aussi se développer rapidement une tendance au brassage de craft beers et de bières maison où l’accent est mis sur la réalisation d’une bière plus diversifiée, au goût unique. Une tendance que la start-up munichoise Customized Drinks a mis à profit en développant sont produit appelé Braufässchen. Notre contact actuel Wolfgang Westermeier commercialise avec ses deux partenaires commerciaux un kit de brassage de bière permettant à tout un chacun de réaliser sa bière personnalisée chez soi.

Wolfgang Westermeier (c) Customized Drinks GmbH
Wolfgang Westermeier (c) Customized Drinks GmbH

On peut acheter de la bière à tous les coins de rue. Comment avez-vous eu l’idée de Braufässchen ?


Nous nous sommes connus durant nos études, au service d’aide aux entrepreneurs Manage&More de l’incubateur d’entreprises de l’Université technique de Munich. Un jour, nous nous sommes demandés pourquoi nous buvions presque toujours la même bière et comment nous pourrions avoir plus de diversité dans le choix de la bière. C’est ainsi que nous avons eu l’idée de brasser nous-mêmes notre bière. Comme les solutions disponibles sur le marché à l’époque étaient toutes très compliquées et laborieuses, nous avons inventé un nouveau procédé pour brasser facilement et rapidement sa propre bière chez soi.

Votre système permet-il vraiment à tout le monde de brasser sa propre bière ?


Oui, le Braufässchen est le moyen le plus rapide et le plus simple de brasser soi-même de la bière chez soi. Dans un premier temps, il s’agit de définir sa bière favorite en trois étapes simples sur www.braufaesschen.com. On peut d’abord choisir son type préféré, ensuite on peut déterminer la quantité de houblon que l’on aimerait avoir dans sa bière et enfin, on peut l’agrémenter d’un maximum de trois arômes naturels. Ensuite, on reçoit chez soi une quantité précise de tous les ingrédients nécessaires à la recette souhaitée, ainsi qu’un fût vide de cinq litres, un mode d’emploi et une soupape de pression. En 10 minutes, on peut tout préparer dans le fût pour la fermentation, la bière doit ensuite fermenter cinq jours à température ambiante et maturer deux jours au réfrigérateur. Au bout d’une semaine seulement, on peut tirer sa bière fraîchement du fût Braufässchen.

Il existe plus de 600 brasseries rien qu’en Bavière. Normalement, il devrait y avoir de quoi satisfaire tout le monde.  Dans quelle mesure Braufässchen offre-t-il de nouvelles variétés de bière ?


Avec Braufässchen, il est actuellement possible de réaliser plus de 100 000 variétés de bière personnalisées. C’est possible, car les brasseurs amateurs ne sont pas soumis aux restrictions du décret sur la pureté de la bière et ont donc à leur disposition une quantité bien plus grande d’ingrédients pour fabriquer leur bière. Outre l’intensité du houblon, il est possible d’ajouter à la bière, par exemple, des arômes naturels à base de fruits ou de copeaux de vieux fûts à whisky afin de l’agrémenter à son goût.

En 2015, vous avez été dans le top 3 du célèbre prix allemand de l’entrepreneur, le « Deutscher Gründerpreis », dans la catégorie start-up. Dans quelle mesure cette nomination et la procédure de sélection ont fait progressé votre jeune entreprise ?


La participation à ce genre de concours est utile, car elle oblige à réfléchir encore plus à son plan commercial ainsi qu’aux prochaines étapes importantes, et elle permet généralement d’obtenir l’avis d’un jury composé d’experts. Par ailleurs, grâce à la participation au « Deutscher Gründerpreis », nous avons établi des liens avec d’autres start-ups et des entrepreneurs aguerris, ce qui nous a beaucoup aidés dans le développement de notre stratégie. De plus, le projet de conseil avec Porsche Consulting nous a été très utiles pour être en mesure de répondre à la croissance future par la mise en œuvre de procédés de production optimisés.  

Deux ans après la fondation de l’entreprise, vous avez établi votre marque internationale « brewbarrel ». Comment avez-vous réussi à vous accroître aussi vite et quels conseils pouvez-vous donner à d’autres entrepreneurs ?


Bien souvent, une croissance rapide va toujours de pair avec de bonnes phases et des phases difficiles, d’où la nécessité d’une bonne équipe qui se serre les coudes quand les temps sont durs et qui se motive mutuellement. En outre, tout le monde doit avoir le même objectif en termes de croissance, car il faut généralement investir beaucoup de temps et de travail avant de pouvoir récolter les fruits de ses efforts. Il nous a fallu près de deux ans de travail laborieux avant de pouvoir véritablement mettre à profit les avantages de l’internationalisation. C’est pourquoi, avec du recul, il est bien que nous ayons débuté aussi tôt. Néanmoins, il ne faut pas s’abstenir d’élaborer une stratégie bien pensée et basée sur des faits pour définir dans quels marchés on met un pied en premier avec quelle stratégie.  


Dans quel endroit à Munich ou dans les environs préférez-vous boire une bière fraîche ?


On préfère la boire dans notre bureau avec toute l’équipe. Célébrer régulièrement nos exploits communs après une dure journée de travail est une part importante de notre culture d’entreprise et d’équipe. Rien de tel alors qu’une bière brassée soi-même !

 

 

L’économie bavaroise est vivante, ce qu’elle doit avant tout aux personnes qui y travaillent et qui y vivent. Dans notre rubrique « 5 minutes avec … », nous présentons tous les mois une personne intéressante du monde de l’économie et de la recherche.

 

Nous avons ici des vecteurs de savoir dont nous ne pouvons nous passer. Nos employés sont loyaux et attachés à leurs racines. Il n’est pas rare que leurs parents et leurs grands-parents aient travaillé chez Gartner. Nous proposons en interne des stages de formation et des perspectives d’évolution professionnelle afin de continuer sur cette voie. Par ailleurs, le pourcentage d’employés venus ici spécialement pour travailler chez Gartner est en augmentation.