5 minutes avec le Dr. Wieland Holfelder, Vice President Engineering à Google Germany

Rares sont ceux qui peuvent se passer au quotidien des nombreuses applications et nombreux appareils mis au point par le géant technologique Google. Or, tout a commencé dans les chambres universitaires de l’Université Stanford et dans un garage à la décoration bariolée. Les deux fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, s’étaient donné pour mission d’organiser les informations et de les rendre accessibles à tout le monde. C’est chose faite. Aujourd’hui, Google est l’un des moteurs de recherche les plus utilisés dans le monde entier. Nous avons interrogé le Dr. Wieland Holfelder, chef de développement chez Google Deutschland et directeur du centre de développement à Munich.Munich est d’ailleurs le seul site de Google en Allemagne où l’on réalise activement des développements.

1. Le centre de développement de Google existe depuis 2006 à Munich. Quelles ont été ou plutôt quelles sont les principales raisons qui plaident en faveur de ce site ?

Munich est sans doute l’un des plus importants pôles en matière de technologies de l’information et de la communication en Europe, comme le prouvent les près de 30 000 entreprises d’informatique implantées en Bavière. Outre la bonne qualité de vie, les universités d’excellence et la présence de développeurs innovants sont tout autant de facteurs qui font l’attrait de Munich pour nos employés originaires de plus d’une trentaine de pays.

 

2. Ce n’est pas un hasard si vos collègues travaillent précisément ici sur divers aspects de la vie privée. Qu’est-ce qui vous a poussé à prendre cette décision ?

Le réseau solide d’experts en cybersécurité, les programmes universitaires spéciaux et le vif intérêt envers les questions de la vie privée et de la sécurité des données en Allemagne nous ont motivé à nous concentrer sur cet accent thématique.

 

3. Vous avez déjà travaillé dans la Silicon Valley, la Mecque des start-ups et des TIC. En quoi la Bavière est-elle meilleure ?

Ce que j’aime tout particulièrement en Bavière, c’est l’intérêt envers les start-ups et les projets numériques que l’on rencontre, par exemple, dans l’enseignement et la culture. En outre, la part importante de l’industrie est un facteur déterminant pour mener une analyse porteuse d’avenir du croisement entre la digitalisation et l’industrie dans le cadre d’un réseau de recherche solide.

 

4. Et dans quel domaine peut-on encore apporter des améliorations ?

L’une des tâches de la société toute entière est sans doute d’offrir la possibilité à tous les citoyens et surtout à la future génération de développer des compétences numériques et de les consolider. Ceci est indispensable pour que les individus ne soient pas uniquement consommateurs d’une technologique mais qu’ils puissent participer activement à son élaboration et l’utiliser en connaissance de cause.

5. Aujourd’hui, ce sont plus de 500 Googleurs qui travaillent dans la capitale bavaroise. En 2013, ils se chiffraient encore à 200 environ. Comment recherchez-vous votre main-d’œuvre et que faites-vous pour qu’elle reste ?

Notre procédure de recrutement est très large et nous recherchons essentiellement des personnes qui ont des qualifications bien précises mais aussi et surtout qui veulent changer les choses et sont fondamentalement curieuses. Nos employés sont originaires de plus d’une trentaine de pays, et ils affectionnent d’une part, notre culture d’entreprise et notre cadre de travail positif et d’autre part, le facteur « Munich », autrement dit la bonne qualité de vie ainsi que l’ouverture d’esprit et l’amabilité des gens.

 

6. Nous sommes heureux que Google ait récemment choisi Munich comme emplacement pour établir son premier centre de formation au marketing digital permanent. La formation digitale devient ainsi accessible à tous. Quelles sont vos attentes en tant qu’entreprise ?

PME, employeurs, travailleurs, apprentis, écoliers ou associations : la maîtrise des compétences numériques est un facteur décisif pour réussir la convergence numérique. La société toute entière en profite, la compétitivité est garantie et tous les citoyens peuvent y participer. Les formations gratuites dans le centre ont pour but d’y contribuer.

 

7. Selon vous, qu’est-ce que le futur numérique nous apportera dans les prochaines années ; quels seront les aspects importants ?

Je pense que la digitalisation révolutionnera un grand nombre de domaines. Les écoliers peuvent d’ores et déjà partir en voyage scolaire numérique grâce à la réalité virtuelle ou apprendre sur la plate-forme Open Roberta comment programmer de petits robots. Les ingénieurs et les développeurs de demain seront fascinés par les questions numériques et nous surprendront avec leurs idées et leurs visions que nous ne pouvons pas nous imaginer pour le moment.

 

8. Hormis le château de Neuschwanstein, quels sont vos lieux préférés en Bavière ?

Je me rends plusieurs fois par an au Deutsches Museum où je suis bénévole au sein du comité des amis. Le Deutsches Museum présente un mariage exceptionnel entre tradition et avenir dans l’enseignement des sciences naturelles et de la technique pour tous.

La Bavière est un pôle informatique très dynamique en Allemagne et en Europe. Elle propose un écosystème unique en son genre, porté par une industrie solide, des start-ups innovantes et prospères, la présence d’universités réputées dans le monde entier (p. ex. TUM, LMU), ainsi que des instituts de recherche internationaux (p. ex. société Max Planck, institut Fraunhofer, DLR).

Google Germany GmbH

En Bavière depuis:

2006 à Munich

Type d'activité en Bavière:

centre de développement

Secteur:

internet

Siège:

Mountain View, Californie, USA

Savoir plus:

www.google.de